Ouvrir le menu principal

Égypte : Morsi détenu par l'armée, Mansour assure l'intérim

4 juillet 2013. – À la suite de sa destitution par l'armée dans la soirée de mardi, Mohamed Morsi et son équipe auraient été transférés au ministère de la Défense égyptien où ils sont « retenus de façon préventive », selon un responsable militaire anonyme. En parallèle, le journal gouvernemental Al-Ahram a annoncé que plus de 300 mandats d'arrêts ont été émis à l'encontre des Frères musulmans, dont des hauts dirigeants comme Mohamed Badie, le chef de file du mouvement islamiste et son adjoint Khaïrat Al-Chater, qui est considéré comme étant le principal stratège politique des Frères. Plusieurs membres du mouvement ont également interdiction de quitter le territoire égyptien et certains pourraient être placés en résidence surveillée et même voir leurs avoirs gelés. Par ailleurs, l'armée a procédé à la fermeture de trois chaînes de télévision favorables au président Morsi et au Frères musulmans, dont leur chaîne officielle Egypt25 ; les locaux de la chaîne qatarie Al-Jazeera ont également été investis par les forces armées qui ont procédé à l'interpellation de 5 journalistes, dont 4 ont été libérés peu après.

Le président du Conseil constitutionnel, Adly Mansour, a prêté serment dans la fin de la matinée de jeudi pour devenir le président par intérim de l'Égypte. Le général Abdel Fattah Al-Sissi a quant à lui fait savoir que l'armée « resterait éloignée de la politique », mais sans préciser la durée de la transition politique avant les prochaines élections.

La destitution de Mohamed Morsi a provoqué de nouvelles violences pendant la nuit de mercredi à jeudi. Une attaque menée contre un rassemblement pro-Morsi devant l'université du Caire a mené à un bilan de 16 morts et de plus de 200 blessés ; 7 autres morts sont à déplorer dans le quartier de Guizeh. Dans le Nord du pays, des partisans de Mohamed Morsi se sont attaqués à des bâtiments des forces de sécurité ; 7 partisans sont morts dans des affrontements avec les forces de l'ordre à Alexandrie et à Marsa Matrouh. Ces dernières se sont déployées dans la capitale égyptienne, alors que les affrontements entre les pro et anti-Morsi atteignaient leur paroxysme. La place Tahrir a vu sa sécurité renforcée, tandis que les hélicoptères de l'armée patrouillent constamment dans le ciel du Caire. Le quotidien Al-Ahram a par ailleurs indiqué que les personnes qui s'opposeraient à la feuille de route présentée par l'armée, les autorités religieuses du pays et le représentant de l'opposition Mohamed El-Baradei se verraient placées en « résidence surveillée » et présentées à des « tribunaux militaires ».

Voir aussiModifier

Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Crise politique de juin-juillet 2013 en Égypte.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.

SourcesModifier