Ouvrir le menu principal

Égypte : une communauté au bord du gouffre

Quartier des chiffonniers au Caire. La plupart sont des chrétiens dont la principale source de revenus est l'élevage de porcs.

7 mai 2009. – Dans un communiqué de presse, l'association Portes Ouvertes « s'associe aux chrétiens d'Égypte et exprime son inquiétude quant à l'abattage de centaines de milliers de porcs qui va affaiblir une population déjà pauvre et méprisée. »

Un abattage injustifié

La semaine dernière, les autorités égyptiennes ont lancé l'abattage de 400 000 porcs dans tout le pays. Cette mesure a été critiquée par l'OMS (l'Organisation Mondiale pour la Santé), et la FAO (Organisation pour l'Agriculture et l'Alimentation).

L'OMS a également déclaré que le fait de manger de la viande de porc infectée par le virus n'entraînait aucun risque pour les humains.
De plus, selon le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), Bernard Vallat, les élevages de porcs ne sont pas, jusqu'à preuve du contraire, responsables de l'épidémie de grippe.

Leur moyen de subsistance détruit

Rien qu'au Caire, 250 000 chrétiens subsistent grâce à la collecte de déchets et à l'élevage de porcs dans les quartiers pauvres. Que vont-ils devenir ?
Ces abattages auront de graves conséquences. Ils vont affecter les vies de centaines de milliers de fermiers, de producteurs et de livreurs de viande. Les industries liées à l'élevage des porcs seront également touchées.
Si le gouvernement égyptien a promis des compensations, celles-ci risquent fort de ne pas être à la hauteur du préjudice subi.

Une violation des droits de l'homme

Mais alors pourquoi un tel acharnement ? Nadia Tawfiq, une avocate en faveur des droits de l'homme, pense que ce massacre est une attaque contre les chrétiens. « Tous les éleveurs sont des chrétiens et pour les musulmans, le porc est le diable » explique-t-elle.

Dans un communiqué de presse, l'Assemblée Copte Américaine a affirmé que « détruire le seul moyen d'existence de ces familles sans véritable compensation est un exemple évident de discrimination et de violation des droits de l'homme. Cela menace directement la survie d'une population déjà pauvre ».

L'association Portes Ouvertes espère également que le virus de la grippe H1N1 ne sert pas de prétexte aux autorités égyptiennes pour éradiquer du pays un animal qui est considéré comme impur par les musulmans.

L'Église est présente en Égypte depuis le premier siècle, mais le gouvernement exerce une pression constante sur les chrétiens. Ceux-ci sont victimes de discriminations quotidiennes.

Les chrétiens coptes d'Égypte représentent un peu plus de 10 % de la population égyptienne.

Sources