Ouvrir le menu principal

Afghanistan : libération par les Taliban du journaliste italien Daniele Mastrogiacomo

Localisation de l'Afghanistan
Localisation de la province de Helmand

21 mars 2007. – Le journaliste Italien Daniele Mastrogiacomo, qui avait été enlevé en Afghanistan le 5 mars dernier par les Taliban et était retenu en otage depuis lors, a été libéré par ses ravisseurs, lundi 19 mars 2007.

Le sort de son interprète afghan, Ajmal Nashkbandi, est toutefois plus incertain, puisqu'un négociateur italien a affirmé qu'il avait également été libéré, mais que d'autres sources le prétendent toujours aux mains de ses ravisseurs.

En revanche, le sort funeste du chauffeur, Syed Agha, ne fait guère de doute, puisque le journaliste italien affirme que le chauffeur, a été décapité en sa présence, scène que M. Mastrogiacomo a qualifiée d’« horrible ». Les Taliban avaient annoncé la mise à mort du chauffeur vendredi 16 mars, en l'accusant d'« espionnage au profit des troupes étrangères ».

Daniele Mastrogiacomo, grand reporter du quotidien italien La Repubblica, était retenu captif, s'était rendu dans la province de Helmand, dans l'espoir d'obtenir des entretiens avec divers responsables des Taliban.

Selon le mollah Dadullah, responsable militaire des Taliban dans le Sud de l'Afghanistan, qui s'exprimait auprès d'un reporter de l'agence Reuters, la libération de Daniele Mastrogiacomo et de son interprète serait le fruit d'un accord avec les autorités afghanes, qui auraient consenti à la libération de cinq prisonniers Taliban de haut rang.

Le président du Conseil italien, Romano Prodi, n'a pas voulu donner de détails sur les tractations ayant permis l'échange de prisonniers et s'est contenté de dire que la tâche, qui a impliqué les autorités italiennes, des responsables d'organisations humanitaires et le gouvernement afghan, n'avait pas été simple.

Le journaliste a été conduit, peu après sa libération, à Lachkargâh, capitale de la province de Helmand, dans un hôpital géré par l'organisation humanitaire italienne Emergency, afin d'y être examiné et de recevoir des soins. C'est là qu'il a eu l'occasion d'accorder un bref entretien à la chaîne de télévision Repubblica TV, entretien au cours duquel, après avoir remercié ceux qui avaient œuvré à sa libération, il a révélé avoir changé de lieu de détention à quinze reprises et avoir parfois été attaché par ses ravisseurs. C'est à cette occasion qu'il a commenté la mise à mort de son chauffeur.

Selon des sources officielles italiennes, il était ensuite prévu que, dans la journée de mardi, le journaliste rejoigne la capitale afghane, Kaboul, et rentre rapidement par avion en Italie.

Cet échange de prisonniers apporte un certain trouble, puisqu'elle démontre la force des Taliban en Afghanistan, cinq ans après la guerre qui les a chassés du pouvoir, et alors même que le président afghan, Hamid Karzaï, en visite à Berlin, venait de réaffirmer son opposition à toute faiblesse face « au chantage et à la terreur », à un moment où la chancelière allemande, Angela Merkel, est confrontée, en Irak, à des menaces de mise à mort de deux otages allemands si les troupes allemandes ne se retirent pas du pays.

Sources

Sources anglophones
Source francophone

Article connexe