Ouvrir le menu principal

Barack Obama renonce à l'installation de l'ABM en Tchéquie

17 septembre 2009. – Barack Obama a annoncé dans un entretien avec le premier ministre tchèque Jan Fischer que les États-Unis renonçaient à leur projet de déployer un radar de défense antimissile dans les environs de Prague, ont annoncé les médias tchèques en référence à une source diplomatique.

L'administration Bush envisageait de déployer d'ici 2013 des éléments de son bouclier antimissile en Europe orientale pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran ou de Corée du Nord. Les États-Unis comptaient ainsi installer un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne.

L'ABM reste la plus sérieuse pomme de discorde dans les rapports russo-américains. M. Obama a évoqué l'éventualité d'une révision des plans visant à déployer des systèmes d'ABM en Europe pendant sa campagne électorale. Il avait notamment déclaré que si les experts militaires reconnaissaient ce projet inutile, les États-Unis y renonceraient.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Pas d'ABM américain en République tchèque (Obama) » datée du 17 septembre 2009.

Sources


  •   Page « États-Unis » de Wikinews. L'actualité américaine dans le monde.