Ouvrir le menu principal

Brésil : Garcia critique Obama pour son rôle de négociateur en politique étrangère

Marco Aurélio Garcia.

25 novembre 2009. – Hier, le Conseiller spécial à la Présidence pour les affaires internationales, Marco Aurélio Garcia, a déclaré avoir été déçu par la politique étrangère menée par le président des États-Unis, Barack Obama. Garcia a critiqué les positions prises par Obama en ce qui concerne la crise au Honduras, le débat sur le changement climatique ainsi le manque d'attention vis à vis l'Amérique latine.

« Jusqu'à maintenant, une certaine déception règne. Nous espérons, qu'elle sera infirmée », a déclaré Garcia après un déjeuner offert par le président Luiz Inácio Lula da Silva Président au président de la République tchèque, Václav Klaus, au Palais Itamaraty.

Pour M. Garcia, Barack Obama est en difficulté en raison des problèmes liés à politique intérieure américaine. Ceci aurait une incidence sur sa performance sur la scène internationale. Toutefois, le conseiller à la présidence critique sévèrement le gouvernement des États-Unis concernant les élections au Honduras, dimanche prochain.

« Nous trouvons regrettable que voulez effacer l'un des coups d'État dans un pays qui a vécu en état de siège », a déclaré Garcia. « C'est une attitude erronée des États-Unis qui auraient dû utiliser une autre approche », a affirmé M. Garcia

S'agissant de la crise au Honduras, le gouvernement brésilien soutient le retour du pouvoir au président déchu, Manuel Zelaya. Ce dernier est hébergé à l'Ambassade du Brésil à Tegucigalpa pour deux mois avec un autre groupe de partisans. Selon le président brésilien, un tel retour au pouvoir est la condition sine qua non pour un contexte sain pour la tenue des élections dans le pays.

Selon Garcia, il n'existe aucune possibilité d'élections dimanche prochain, au Honduras, qui puissent se tenir dans le calme. « Ils ne se dérouleront pas dans une atmosphère sereine », a-t-il conclu.

Marco Aurélio Garcia a ajouté que d'autres erreurs ont été commises dans la conduite de la politique étrangère des États-Unis en matière de discussions sur le changement climatique. « Les États-Unis ne tiennent pratiquement rien », confie-t-il. « Le président Obama est confronté à une situation intérieure difficile », a-t-il indiqué, en expliquant toutes les difficultés au sein du gouvernement américain.

Toutefois, Garcia a rappelé les bonnes relations entre le Brésil et les États-Unis. « La politique étrangère brésilienne n'est pas la confrontation », a déclaré Garcia. Il a noté, cependant, que le ministre des Affaires étrangères, Celso Amorim, en affirmant que le manque d'attention du gouvernement américain ne peut être perçu trop tard pour Obama.

« Quand les États-Unis se tournent vers l'Amérique latine, ils pourraient arriver à la conclusion qu'ils recherchent trop tard »[1], a déclaré Garcia, reprenant le raisonnement de M. Amorim. « Ce n'est pas un problème pour l'Amérique latine. C'est un problème pour les États-Unis ».

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse Agência Brasil, publiée sous la licence Creative Commons Attribution 2.5 Flag of Brazil.svg, intitulée
«  Garcia critica Obama por sua atuação como negociador de política externa » datée du 24 novembre 2009.
Notes

Sources