COVID-19 : l'économie ralentit en France


23 mars 2020. – Malgré six jours de confinement, le coronavirus continue sa progression en France. Au total, depuis le 24 janvier, 674 personnes sont mortes et 16 018 personnes sont ou ont été infectées dans le pays.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Assemblée nationale a durci les sanctions en cas de violation du confinement jusqu'à « 3 700 euros d'amende et six mois de prison ». Vendredi, le Parlement avait adopté un plan de soutien de 45 milliards d'euros, en voici les détails :

  • un report des charges fiscales pour les entreprises de 35 milliards d'euros ;
  • une aide au chômage pour les deux mois à venir de 8,2 milliards d'euros ;
  • un fonds de solidarité d'un milliard d'euros à destination des commerçants, artisans et des petites entreprises.

De plus, l'État s'est engagé à garantir 300 milliards d'euros via la BPI (banque publique d'investissement) pour assurer les prêts bancaires des entreprises.

Ce plan d'aide va creuser le déficit public à 3,9 % du PIB (produit intérieur brut) en 2020, dépassant la limite européenne de 3%.

Alors que des médecins réclament un durcissement du confinement, le journal Les Echos s'inquiète d'une possible perte d'activité en France jusqu'à -15 % du PIB. Le prix à payer sera une large augmentation du ratio de la dette publique par rapport au PIB d'au moins 10 points. Deux dangers pourraient décaler la reprise économique :

  • la prolongation du confinement ;
  • l'inhibition des comportements de demande interne (consommation et investissement en France) et externe (dans les pays partenaires).

Au micro de LCI, le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a déclaré que l'aéroport d'Orly pourrait être fermé à la fin du mois. Les terminaux seront fermés dès ce lundi à Roissy-Charles-de-Gaulle. À Lille, l’aéroport a annoncé l’interruption du trafic des vols commerciaux à compter de lundi.

Pendant le confinement, les avions d'Air France vont hiberner dans les aéroports de la région parisienne, tandis que 45 000 salariés d'Air France se trouvent au chômage partiel.

SourcesModifier


  Actualiser la page
  Jour précédent

23 mars 2020

Jour suivant