Ouvrir le menu principal

Crash de Séville : les deux boîtes noires retrouvées

L’Essentiel


Airbus A400M EC-404 SVQ.jpg
Un Airbus A400M à Séville
Nombres clés
  • 6 personnes à bord
  • 4 morts
  • 2 personnes grièvement blessés à l'hôpital
Géolocalisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Spain location map.svg
Séville

10 mai 2015. – Les autorités espagnoles ont annoncé aux médias, ce dimanche 10 mai, avoir retrouvé les deux boîtes noires de l'Airbus A400M qui s'est écrasé près de l'aéroport de Séville la veille samedi 9 mai et qui a causé la mort de 4 personnes et blessant grièvement deux autres passagers. Le ministère des travaux publics a ajouté dans un communiqué que « les deux boîtes noires ont été données au juge d'instruction responsable de l'enquête judiciaire ».

Les deux boîtes noires de l’appareil sont porteuses des enregistrements, des données audio et des données de vol. Ces données clés pourraient se révéler décisives dans l’enquête policière pour déterminer avec précision la cause encore inexpliquée du crash de l'avion. Crash qui a décidé l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Turquie à immobiliser temporairement leurs Airbus A400M dans l'attente des conclusions de l’enquête.

Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian, a fait savoir que seuls les vols « prioritaires en opérations » des avions de transport militaires A400M de l'armée française seraient autorisés à voler, dans l'attente des résultats de l'enquête.

Le 9 mai 2015 à 12 h 57 heures locales (10:57 GMT), le 23ème A400M construit, destiné à l'armée de l'air turque, perd de l'altitude peu après le décollage, percute une ligne à haute tension et s'écrase dans un champ au nord de l'aéroport San Pablo de Séville (Espagne) lors de son premier vol d'essai à la sortie de l'usine, avec un équipage de six personnes, toutes espagnoles, faisant quatre morts et deux blessés graves.

Rappelons qu'il s'agit du premier accident impliquant un A400M mais l'appareil a connu de nombreux problèmes depuis le lancement du programme en 2003. Notamment des retards de fabrication et de livraison, des dépassements de coût de 6,2 milliards d'euros (30 % du budget) et des querelles entre les clients et le constructeur.

Voir aussiModifier

SourcesModifier