Ouvrir le menu principal

Dmitri Rogozine : L'OTAN « n'a rien à faire » en Arctique

27 mars 2009. – L'OTAN n'a « rien à faire » dans l'Arctique, les pays riverains étant en mesure de régler eux-mêmes leurs problèmes, a estimé vendredi l'ambassadeur russe auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine.

« Si d'aucuns estiment que la mobilisation de pays n'ayant aucun rapport avec l'Arctique y rendra l'air plus respirable, c'est une position absurde. Je refuse de débattre avec mes collègues de l'OTAN de la coopération militaire en Arctique », a expliqué M. Rogozine lors d'une conférence de presse vendredi à Moscou.

Ce thème sera exclu de la liste des sujets de la coopération Russie-OTAN pour cette bonne raison que l'Alliance « n'a pas sa place en Arctique », a ajouté le diplomate.

« L'engagement de l'OTAN dans les règlements en Arctique doit être interprété tout simplement comme la volonté d'utiliser l'Alliance en tant qu'instrument dans la lutte pour les ressources », a expliqué M. Rogozine.

« Les pays arctiques règleront eux-mêmes leurs problèmes, pour garantir la conservation sûre de l'Arctique en tant que réservoir mondial, sans faire appel aux organismes n'ayant aucun lien géographique à l'Arctique », a ajouté le diplomate russe.

La région arctique s'est convertie ces dernières années en pomme de discorde entre les États riverains.

1,2 million de km² de fonds marins contenant le quart des réserves mondiales de pétrole sont en jeu. Les États, dont la souveraineté s'étend jusqu'à 200 milles marins des côtes, peuvent accroître cette distance en démontrant que leur plateau continental s'étend au-delà de cette limite, ce qui a ouvert la porte à de nombreuses réclamations.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  L'OTAN "n'a rien à faire" dans l'Arctique (Rogozine) » datée du 27 mars 2009.

Source