Ouvrir le menu principal

Dossier:Affaire des matchs de football présumés truqués du Nîmes Olympique

HistoriqueModifier

Le 18 novembre 2014, le journal Le Parisien dévoile que la Direction nationale de la Police judiciaire a placé en plusieurs responsables et émissaires de clubs de football français à la suite des soupçons de matches truqués concernant plusieurs rencontres : CA Bastia-Nîmes, le 11 avril 2014 (0-0), Dijon FCO-Nîmes le 25 avril 2014 (5-1 pour Dijon), SCO Angers-Nîmes, le 6 mai 2014 (2-3) et SM Caen-Nîmes, le 13 mai 2014 (1-1), afin de l'aider à ne pas descendre en National[1]. Ces arrestations font suite à l'enquête du Service central des courses et jeux (SCCJ) sur les cercles de jeu du Milieu parisien, dont Le Cadet dirigé par Serge Kasparian, alors actionnaire du Nîmes Olympique. Ces matchs sont ceux qui ont eu lieu après le rachat, en avril 2014, du club qui était relégable mais qui s'est finalement maintenu[1].

Le président de la Ligue de football professionnel réagit très vite face à ces mises en examen en annonçant que la Ligue fera preuve de la plus grande fermeté si les faits étaient avérés[2]. Outre Serge Kasparian, président de Nîmes, et les personnes placées en garde à vue sont Jean-François Fortin, président du SM Caen, et son responsable de la sécurité Kaddour Mokkedel, entraîneur de Dijon, Michel Moulin, ancien conseiller au Paris SG., Fortin, Mokkedel et Moulin sont mis en examen le 20 novembre.

Le lendemain, publie le verbatim d'écoutes téléphoniques réalisées par la police. Conrad et Kasparian y échangent sur une tentative de corruption des dirigeants bastiais, sur un accord présumé avec l'entraîneur dijonnais, et d'échanges entre Conrad et les dirigeants sur l'intérêt partagé d'un match nul entre les deux équipes[3]. Les soupçons se concentrent sur le match contre Caen, bien qu'aucun pari anormal n'eût été constaté[4]. De nombreuses personnalités du football français remettent en cause l'emballement médiatique autour de l'affaire[5] et affichent leur soutien à Fortin, président du club caennais depuis 2002[6],[7].

Six jours après la divulgation de l'enquête, il apparaît la LFP avait été mise au courant des éléments du dossier du match Caen-Nîmes dès le lendemain de la rencontre, par son délégué Paul Declaude, à qui il avait été demandé d'être particulièrement attentif[8],[9].

Les matchsModifier

CA Bastia-Nîmes OlympiqueModifier

D'après les écoutes téléphoniques, les Nîmois ont proposé aux Bastiais, déjà assurés d'une relégation en National, la somme de « 50 000 euros au club et la même chose aux onze joueurs »[3]. Les dirigeants bastiais démentent immédiatement une quelconque approche[10],[11], et aucun d'entre eux n'est inquiété par la justice.

Dijon FCO-Nîmes OlympiqueModifier

Lors des écoutes, Serge Kasparian assure s'être arrangé avec l'entraîneur de Dijon via un contact commun, Michel Moulin, pour que les Dijonnais ne jouassent pas à leur maximum. Ils l'emportèrent cependant 5-1[3]. Dall'Oglio et Moulin sont placés en garde à vue, mais seul Moulin est mis en examen[12].

SCO Angers-Nîmes OlympiqueModifier

Le match contre Angers ne semble pas être concerné par les écoutes, même si les Nîmois obtiennent sur le terrain de ce candidat à la promotion en Ligue 1 une précieuse et inattendue victoire (3-2). Le siège du club angevin est semble-t-il perquisitionné mais aucun dirigeant n'est placé en garde à vue[13].

SM Caen-Nîmes OlympiqueModifier

En toute fin de championnat, entre les 37ème et 38ème journées, Caen et Nîmes s'affrontent en match en retard. Initialement les Nîmois avaient dû déclarer forfait en raison des conditions climatiques[14], et le gain du match avait été accordé aux Caennais par la commission d'appel de la Ligue de football professionnel un mois plus tard[15]. Le CNOSF, alerté par les Nîmois, propose pourtant de faire jouer la rencontre[16], une solution que le bureau de la LFP valide le 5 mai[17], à la fureur des concurrents de Nîmes pour le maintien[18].

Quand les deux clubs s'affrontent, chacun n'a besoin que d'un seul point pour atteindre ses objectifs respectifs, à savoir la montée en Ligue 1 et le maintien en Ligue 2. Les dirigeants sont soupçonnés de s'être accordés sur un match nul, valant un point chacun, plutôt que de risquer une défaite qui aurait compromis l'objectif de l'un des deux clubs. Les écoutes téléphoniques indiquent que les dirigeants caennais Jean-François Fortin et Kaddour Mokkedel ont bien un contact téléphonique avec Jean-Marc Conrad, avec lequel ils échangent sur l'intérêt d'un match nul entre les deux équipes et où Conrad promet un « cadeau pour tout le monde »[3]. Alors que le score est de 1-1 à vingt minutes du terme après une rencontre d'un niveau normal, les 22 joueurs lèvent le pied de façon visible, au point que les médias qualifient la fin du match de «  ». Le club nîmois offre après la rencontre des cartons de vin de Costières-de-nîmes au club caennais[19].

Les joueurs caennais interrogés démentent toute intervention des dirigeants avant ce match, ni avoir vu la moindre bouteille de vin de Nîmes[20]. Le président caennais Fortin, « abasourdi » par ces accusations[21], est mis en examen[22], ainsi que Mokkedel. Interdit d'exercer par la justice, tout comme Conrad[23], Fortin suspend ses fonctions[24].

SourcesModifier

  1. 1,0 et 1,1 Corruption : coup de filet dans le milieu du football professionnel, Stéphane Sellami, Le Parisien, 18 novembre 2014
  2. Soupçons de matches truqués : Thiriez promet des sanctions «lourdes», 18 novembre 2014, sport24. Consulté le 24 novembre 2014
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Des écoutes accablantes, 18 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  4. Match truqué : Caen-Nîmes au centre des accusations, 18 novembre 2014, Le Monde.fr. Consulté le 24 novembre 2014
  5. Aulas: «Ça paraît assez étonnant», 20 novembre 2014, .fr. Consulté le 25 novembre 2014
  6. «On a massacré des hommes et un sport que nous aimons», 20 novembre 2014, .fr. Consulté le 25 novembre 2014
  7. Matches truqués en L2 : Christophe Galtier soutient Jean-François Fortin, 20 novembre 2014, France Bleu. Consulté le 25 novembre 2014
  8. Soupçons de matchs truqués : le témoignage accablant du délégué de Caen-Nîmes, 23 novembre 2014, RMC SPORT. Consulté le 24 novembre 2014
  9. Caen-Nîmes, la LFP savait..., 24 novembre 2014, sports.fr. Consulté le 24 novembre 2014
  10. Matches présumés truqués: Le CA Bastia dément avoir été approché par Nîmes, 19 novembre 2014, 20minutes.fr. Consulté le 24 novembre 2014
  11. Nîmes: le CA Bastia "totalement étranger" aux soupçons de matches de L2 truqués, 19 novembre 2014, France 3. Consulté le 24 novembre 2014
  12. Michel Moulin mis en examen, 20 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  13. Ligue 2 : des interpellations pour des matchs truqués, 18 novembre 2014, France 3. Consulté le 24 novembre 2014
  14. Caen-Nîmes «ajourné», 14 mars 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  15. Caen bat Nîmes sur tapis vert, 12 avril 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  16. Ligue 2 : le CNOSF favorable à un nouveau match Caen-Nîmes, 30 avril 2014, Midi libre. Consulté le 24 novembre 2014
  17. Caen-Nimes sera (re)joué, 5 mai 2014, sport24. Consulté le 24 novembre 2014
  18. Ligue 2 : Auxerre veut saisir le CNOSF pour Caen-Nîmes ! sur le10sport.com, 8 mai 2014. Consulté le 24 novembre 2014
  19. « Entre 15 et 20 caisses de vin venaient du car de Nîmes » sur foot01.com, 23 novembre 2014. Consulté le 24 novembre 2014
  20. Matches truqués de Ligue 2 : d’anciens Caennais démentent toute corruption, 20 novembre 2014, BFM TV. Consulté le 24 novembre 2014
  21. Fortin (Caen) «abasourdi», 19 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  22. Jean-François Fortin (Caen) mis à son tour en examen, 20 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  23. [Ligue 2 : des interpellations pour des matchs truqués Soupçon de matches truqués : Conrad (Nîmes) et Fortin (Caen) interdits d'exercer], 20 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  24. «C'est l'union sacrée» à Caen, 21 novembre 2014, .fr. Consulté le 24 novembre 2014
  Actualiser la page
  Jour précédent

Évènements du 1er décembre 2014

Jour suivant  
  •   Page « Football » de Wikinews. L'actualité du football dans le monde.