Ouvrir le menu principal

France : l'ANSM demande l'interdiction des encres pour tatouages de couleur

L'ANSM demande l'interdiction de 59 colorants utilisés pour les tatouages de couleur.
L'ANSM demande l'interdiction de 59 colorants utilisés pour les tatouages de couleur.

29 novembre 2013. – L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a demandé mercredi la remise à plat d'un arrêté publié en mars à sa demande et interdisant 59 colorants utilisés dans les encres de tatouage, « pour raison de sécurité ». Il s'agit d'appliquer le principe de précaution, car l'ANSM estime ne pas disposer « de données suffisantes à ce stade pour s'assurer de leur innocuité ».

Le dermatologue Jean-Luc Rigon explique que la composition des encres de couleurs est inconnue. « On peut retrouver l’encre dans les ganglions lymphatiques et on ne sait pas ce que cela peut provoquer » précise-t-il. De son côté, le dermatologue Jacques Bazex, auteur d'un rapport pour l'Académie nationale de médecine qui dressait un constat « alarmant », se dit satisfait et estime que le tatouage fait lui-même « courir des risques sanitaires ». Les tatouages temporaires ne sont pas non plus sans risques, averti-t-il.

« Neuf encres de couleur sur dix utilisées sont concernées alors qu'il s'agit d'un principe de précaution et qu'aucun problème particulier n'a été constaté sur les personnes tatouées » dénonce le syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT). Si, au 1er janvier, l'interdiction est bien appliquée, « les tatoueurs devront bannir les couleurs ou passer les frontières » annonce-t-elle.

SourcesModifier