Ouvrir le menu principal

France : les leaders mondiaux réunis à Deauville pour le G8

De gauche à droite : le président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso, Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Stephen Harper, Naoto Kan, Angela Merkel et David Cameron.

26 mai 2011. – Les présidents français Nicolas Sarkozy, américain Barack Obama, russe Dmitri Medvedev et italien Silvio Berlusconi, la chancelière allemande Angela Merkel, et les premiers ministres canadien Stephen Harper, japonais Naoto Kan et britannique David Cameron sont réunis à Deauville, en France, pour le sommet du G8 et discuteront d’une gamme étendue de sujets, allant de la crise nucléaire au Japon à la situation économique mondiale en passant par le Printemps arabe.

Avant la France, le président Obama a séjourné en Irlande et au Royaume-Uni. Mercredi, il a eu des entretiens, à Londres, avec le Premier ministre britannique David Cameron et s'est adressé aux deux chambres du Parlement. Les États-Unis, le Royaume-Uni et leurs alliés « ont arrêté un massacre en Libye » et ne cesseront pas jusqu'à ce que « le voile de la tyrannie » soit levé sur ce pays, a-t-il déclaré, en référence à l'intervention militaire en cours.

Le G8 de Deauville accueille également les premiers ministres égyptien et tunisien afin d'apporter une aide financière au Printemps arabe, sur le modèle du plan Marshall mis en place par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. L'économie de ces deux pays repose en partie sur le tourisme, secteur en crise depuis le passage des révoltes. Leurs besoins pour les cinq années à venir s'élèveraient, selon eux, entre 10 et 12 milliards de dollars pour l'Égypte et à 25 milliards de dollars pour la Tunisie.

Pas moins de 12 000 policiers, gendarmes, militaires et pompiers sont mobilisés pour assurer la sécurité des personnalités présentes au sommet. Les riverains sont les seuls à pouvoir circuler dans la ville, munis d'un laisser-passer. Un drone ainsi qu'une trentaine d'hélicoptères survolent la zone, qui est interdite de survol, épaulés par deux batteries de missiles sol-air Crotale. Plusieurs bâtiments de la Marine nationale sont également déployés pour assurer la surveillance de la côte, fermée à toute navigation.

Voir aussi

Sources