Ouvrir le menu principal

France : les licenciés de Reynolds doivent former leurs remplaçants polonais

Une décision « humiliante ».
Une décision « humiliante ».

5 septembre 2013. – Des employés français du groupe Newell Rubbermaid (Reynolds, Waterman, Parker...) ont appris en février leur licenciement et la délocalisation du service clients en Pologne. Ces employés, répartis sur les sites de Saint-Herblain (près de Nantes) et Malissard (Drôme) ont désormais appris qu'ils devrait former leurs remplaçants polonais, qui viendront deux semaines en France en novembre. La représentante de la CGT, Jacqueline Morisson, parle d'une décision « révoltante et humiliante ».

En décembre, on comptera 11 licenciements à Malissard, 72 à Saint-Herblain ainsi qu'une dizaine à Paris. Le site de Montéléger n'est pas concerné par les suppressions de postes, mais était tout de même en grève hier par solidarité. Certains salariés prévoient de faire de la rétention de formation, comme le précise le délégué centrale de la CFDT, Thierry Cormerais : « on comprend que les salariés soient complètement déboussolés » dit-il.

Lors d'un Comité central d'entreprise hier, la direction de Newell Rubbermaid a décidé d'accorder une prime de 1 000 euros aux six salariés concernés par cette obligation de formation.

SourcesModifier