Ouvrir le menu principal

L'UE envoie une aide au Congo et évalue le déploiement de troupes

1er novembre 2008. – Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et le secrétaire d'État aux Affaires étrangères britannique, David Miliband, sont arrivés ce samedi en République démocratique du Congo pour une mission diplomatique de haut niveau. Celle-ci a comme objectif de mettre fin aux attaques lancées par les rebelles dirigés par Laurent Nkunda dans la province orientale du Nord-Kivu.

Depuis le mois d'août, plus de 200 000 personnes, la plupart d'ethnie hutu, ont été obligées de fuir devant l'attaque des rebelles tutsi qui bataillent contre le gouvernement. La semaine dernière, les réfugiés ont augmenté de 20 000 en un seul jour dans la ville de Goma, où l'armée s'est retirée en laissant la défense de la ville à la charge de la Mission de l'ONU au Congo (MONUC), qui comprend un peu plus de 18 000 hommes.

Par sa part, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a dit hier que la situation était catastrophique et que, après la dernière offensive, ils ignoraient où étaient les 50 000 réfugiés des camps. « Nous ne savons pas où ils sont allés. Nous craignons qu'ils aient été dispersés dans les champs ».

Le président français et aussi président de l'Union Européenne, Nicolas Sarkozy, avait condamné l'action et il avait demandé le 29 octobre dernier le déploiement d'une force européenne de 1 5000 soldats pour contenir l'offensive. Le lendemain, un cessez-le-feu est arrivé et l'UE a choisi l'intervention diplomatique.

Le secrétaire britannique, Miliband, a souligné que « rien n'est exclu en termes d'engagement européen, mais maintenant les forces militaires viennent des Nations unies ; pour cela le processus politique doit venir des parties sur le terrain et notre rôle est d'aider à ce que celui-ci arrive ».

Après visite au Congo, les deux diplomates voyageront au Rwanda, accusé par le Congo d'encourager et de protéger les rebelles.

Voir aussi

Sources