Ouvrir le menu principal

La Turquie est furieuse envers l'Europe pour sa passivité face au PKK

Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.
Source : Bertil Videt.

27 octobre 2007. –

Le Premier ministre de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a critiqué ce samedi les pays membres de l'Union européenne pour leur manque de soutien et d'appui à la Turquie contre les rebelles kurdes, et leur a reproché le fait qu'ils n'extradent pas les militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
« Par malheur, aucun pays n'a agit comme il l'aurait dû jusqu'à maintenant », a protesté le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Istanbul.
La Turquie a demandé à plusieurs reprises plus d'agressivité de la part de l'Union européenne contre le PKK, organisation classée comme terroriste par l'Union : « aucun pays de l'UE n'a extradé les membres du PKK vers la Turquie, bien que celui-ci soit considéré comme une organisation terroriste », a affirmé Recep Tayyip Erdogan.
« Mais le fait qu'il n'y ait eu aucun progrès montre clairement le manque de sincérité de nos amis occidentaux », a-t-il ajouté.
Bien qu'il n'ait fait aucune référence directe à un pays, le Premier ministre truc a fait une allusion indirecte à un incident avec l'Autriche, pays ayant permis à un membre important du PKK de prendre un avion se dirigeant vers la zone autonome septentrionale kurdo-irakienne, où le PKK possède des bases. Ce membre a été identifié comme étant Riza Altun, trésorier du parti kurde, qui venait de France, où il se cachait en raison de ses activités terroristes, et avait été vu en Autriche.
Le Parlement turc a déjà approuvé une possible incursion dans le nord de l'Irak, où les rebelles du PKK se sont réfugiés.

Sources