Ouvrir le menu principal

La note souveraine de la France serait dégradée par S&P

Notation (encore officieuse) de la note des pays de la zone euro.
Triple-A fallen.jpeg

13 janvier 2012. – Des sources européennes affirment que l'agence de notation Standard & Poor's s'apprête à dégrader la note souveraine de la France. L'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg ne semblent pas concernés.

Le quotidien britannique Financial Times précise que la note de l'Hexagone sera rétrogradée de AAA à AA+, au même titre que la note de l'Autriche. Les agences AFP et Reuters ont vu cette information confirmée par plusieurs sources européennes. La société de notation n'a fait aucun commentaire dans la journée. Une source du gouvernement français informe que la France serait officiellement dégradée ce vendredi soir.

Le CAC 40, qui avait entamé la séance dans le vert est revenu à la baisse cet après-midi alors que les rumeurs de dégradation imminente de plusieurs notes de pays de la zone euro s'intensifiaient. Pourtant, la semaine s'était voulue rassurante sur les marchés après la bonne conduite des missions obligataires de l'Espagne et de l'Italie. Conséquence de cette annonce, l'euro à chuté face au billet vert : la monnaie européenne passe sous la barre des 1,27 dollars dans l'après-midi.

La Présidence française n'a fait aucun commentaire. Le ministre des Finances, François Baroin, était à l'Élysée vers 17 heures tandis que la ministre du Budget, Valérie Pécresse, se voulait rassurante sur BFM TV. Si la France n'est dégradée que d'un cran, « ce serait un moindre mal et le marché pourrait rebondir lundi » commente Alexandre Baradez, analyste de marché pour Saxo Bank.

À noter que les deux autres agences, Moody's et Fitch Ratings, n'ont pas prévu de changer la note de la France.

Les premières réactions politiques

Dans la majorité, on tente de minimiser l'affaire, comme l'a fait François Baroin. Néanmoins, Nicolas Sarkozy avait fait de cette note la pierre angulaire pour sa réélection en avril prochain. En outre, Le Canard enchaîné avait révélé, l'an dernier, les propos du président selon lesquels : « Si nous perdons le triple A, je suis mort. »

En revanche, les critiques fusent dans l'opposition, à commencer par Marine Le Pen, pour qui « c'est la première étape de l'éclatement de la zone euro (…) La perte du AAA valide mon projet de désendettement de la France, basé notamment sur une monétisation de la dette et sur la sortie de la zone euro. » Du côté du Parti socialiste, François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat, a vivement critiqué Nicolas Sarkozy comme étant le président « de la dégradation de la France ; dégradation financière, dégradation sociale, dégradation morale. »

Sources