Ouvrir le menu principal

Le nouveau président polonais Bronisław Komorowski en visite à Berlin

Bronisław Komorowski, en 2010

4 septembre 2010. – Le nouveau président polonais, Bronisław Komorowski effectuait, hier, sa première visite officielle à Berlin et sa première à l'étranger depuis son investiture. Reçu par le président allemand, Christian Wulff, par le président du Bundestag, Norbert Lammert, ainsi que par la chancelière Angela Merkel, cette dernière a salué sa proposition de développer la coopération trilatérale franco-germano-polonaise dans le cadre du Triangle de Weimar.

Investi le 6 août dernier après avoir remporté l'élection présidentielle anticipée face au conservateur Jarosław Kaczyński le 20 juin, il avait auparavant assuré l'intérim de la présidence à la suite de la mort du président polonais Lech Kaczyński dans un accident d'avion le 10 avril 2010. Bronisław Komorowski s'était d'abord rendu mercredi à Bruxelles et a choisi d'apparaitre au Parlement européen car il souhaitait, dans un geste symbolique, montrer à quel point « l'Europe est importante pour la Pologne ». Il a rencontré le Président du Parlement européen, Jerzy Buzek, avec lequel il a évoqué la prochaine présidence polonaise du Conseil de l'Union européenne en 2011. La veille, le président était au Palais de l'Élysée où il s'est félicité d'un « véritable rapprochement » entre Paris et Varsovie. Dans un entretien publié vendredi par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, ce libéral, ancien membre du syndicat Solidarność, affiche son engagement européen. « L'approfondissement de l'intégration européenne est dans l'intérêt de la Pologne, de l'Europe et des relations germano-polonaises », souligne-t-il.

À ses yeux, l'Europe ne pourra soutenir le surcroît de concurrence que lui impose l'émergence de nouvelles puissances économiques qu'en s'intégrant. M. Komorowski entrevoit ainsi des perspectives en ce sens dans le domaine de la politique de sécurité et de défense. Il souhaite également voir progresser davantage l'intégration en matière énergétique et de façon plus large l'intégration de la Pologne dans l'Union européenne. Le président s'est également exprimé en faveur d'un maintien des aides aux régions défavorisées et pour une répartition plus équitable des aides aux agriculteurs au profit de l'Europe de l'Est. « Les fonds de cohésion [ndlr : aides aux régions défavorisées, FEDER[1]] sont une chose très importante », a souligné M. Komorowski lors d'un point presse, aux côtés du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Lors de sa visite en Allemagne, M. Komorowski s'est également rendu dans l'après-midi en compagnie du président allemand sur le site de l'ancien camp de concentration nazi de Sachsenhausen, près de Berlin. C'est ici que le général Stefan Rowecki, commandant de l'armée clandestine polonaise, y fut exécuté en 1944 durant la Seconde Guerre mondiale. « La visite au camp de Sachsenhausen est l'occasion d'afficher notre vision commune des horreurs du passé et de montrer, en même temps, que nous entendons laisser ce passé derrière nous et nous concentrer sur l'avenir », souligne M. Komorowski dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Notes

Voir aussi

Sources