Ouvrir le menu principal

Le président de la Commission européenne serait impliqué dans les transferts clandestins de détenus à Guantanamo

2 février 2008. – Le président de la Commission européenne, José Manuel Durão Barroso, et le premier ministre du Portugal, José Sócrates, seraient impliqués dans les transferts secrets de personnes détenues illégalement dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » des États-Unis, selon l’association britannique Reprieve.

Un document publié par cette association sous le titre The « Journey of Death » implique en effet trois premiers ministres portugais consécutifs dans les vols secrets organisés par la CIA pour envoyer plus de 700 prisonniers de la « guerre contre le terrorisme » au camp de concentration ouvert par les forces armées des États-Unis dans la base navale US de Guantanamo.

The « Journey of Death » contient une liste de 48 vols qui auraient emprunté l’espace aérien portugais entre 2002 et 2006, dans le cadre des opérations illégales de transferts de détenus vers le camp de Guantanamo.

Ces transferts illégaux, organisés par la CIA, l’Agence centrale des Renseignements des États-Unis, avaient déjà été durement critiqués par le Parlement européen qui avait même ouvert une enquête parlementaire et demandé aux pays de l’Union européenne de fournir toute l’information en leur pouvoir sur ces faits.

Le document de l’association britannique Reprieve comprend aussi les listes des prisonniers envoyés à Guantanamo dans une trentaine de ces vols secrets, et 8 témoignages d’anciens prisonniers.

Parmi ces témoignages se trouve celui de Sami al Haj, journaliste soudanais détenu le 15 décembre 2001, en Afghanistan, où il travaillait pour la chaîne Al Jazeera. Transféré à Guantanamo depuis Kandahar, en Afghanistan, le journaliste raconte qu’à son arrivée à Guantanamo il avait été longuement interrogé par les militaires US alors qu’on l’avait empêché de dormir pendant le vol en le réveillant toutes les 15 minutes.

« Les conditions du vol étaient horribles [...] Je me suis évanoui plusieurs fois à cause du manque d’oxygène. Et le vol a duré 28 heures », aurait déclaré un autre détenu envoyé à Guantanamo sur le même vol que Sami al Haj, toujours selon le document de l’association Reprieve.

En dehors du Portugal, 3 autres pays de l’Union Européenne (l’Espagne, le Royaume-Uni et la France) sont mentionnés dans la liste des 48 vols illégaux citée dans le document intitulé The « Journey of Death ».

Les autorités du Portugal ont démenti les accusations de l’association britannique qui met en cause deux ex premiers ministres portugais – José Manuel Durao Barroso, actuellement président de la Commission européenne, et Pedro Santana Lopes – ainsi que l’actuel premier ministre de ce pays José Socrates.

Sources