Ouvrir le menu principal

Les Jésuites élisent Adolfo Nicolás comme supérieur général

Saint Ignace de Loyola (1491-1556), le premier supérieur général de la Compagnie de Jésus.

21 janvier 2008. – Après quatre jours de prière et de discussions entre les 217 électeurs représentant les plus de 19 000 membres de la congrégation de par le monde, la Compagnie de Jésus, plus connue sous le nom de ses membres (les Jésuites), a désigné Adolfo Nicolás comme nouveau Supérieur général.

Le père Nicolás, 71 ans, né à Villamuriel de Cerrato dans la province de Palencia, en Espagne, devient ainsi le trentième « pape noir »[1] (en référence aux habits noirs que porte le Supérieur général) de la plus importante congrégation religieuse de l'Église catholique romaine.

Le Vatican a fait que savoir que le pape Benoît XVI avait été la première personne à être informée de la décision des Jésuites et qu'il avait immédiatement donné son accord, comme cela est requis.

La congrégation des Jésuites, dont le siège se situe non loin du Vatican à Rome, a fait face à la démission inattendue du père Peter Hans Kolvenbach, avec le consentement du pape, bien que le Supérieur général soit nommé à vie, du fait de son âge (il aura 80 ans cette année) et des vingt-cinq années passées à la tête de la congrégation.

Le père Nicolás a rejoint la Compagnie de Jésus en Espagne en 1953, avant de rejoindre le Japon en 1960. Ordonné à Tōkyō le 17 mars 1967, il est devenu directeur de l'institut pastoral de l'Asie de l'Est à Manille puis animateur de la conférence jésuite de l'Asie de l'EST et d'Océanie.

En plus de sa langue natale (l'espagnol), Adolfo Nicolás parle anglais, italien, français et japonais.

Les journées précédent l'élection se divisent entre prières et conversations en tête-à-tête entre les différents délégués. Il est interdit de faire pression pour obtenir le poste de Supérieur général et quiconque cherche activement à l'obtenir est automatiquement disqualifié.

Notes

Sources