Ouvrir le menu principal

Libye : Kadhafi gagne du terrain et la communauté internationale envisage des mesures

Arab Spring map.svg

██ Départ / Mort (Libye) du chef de l’État ██ Manifestations prolongées et répression ██ Changement de gouvernement et manifestations ██ Manifestations prolongées ██ Protestations mineures

██ Pays non-arabes touchés par un mouvement social simultanément aux révoltes arabes
Les cinq dernier articles


Voir sur Wikipedia

Les forces loyales au leader libyen Mouammar Kadhafi reprennent peu à peu le contrôle de zones dont s'étaient emparés les insurgés qui tentent de le chasser du pouvoir. Alors que le conflit prend des allures de guerre civile la communauté internationale envisage de prendre des sanctions.

11 mars 2011. – Bombardés par les avions des forces pro-Kadhafi, les rebelles sont obligés de reculer dans certaines régions du pays. Ils ont notamment dû se retirer du port pétrolier de Ras Lanouf qui était sous leur contrôle depuis la semaine dernière. Des témoins ont décrit hier leur fuite, entassés dans des véhicules et sous les tirs d'artillerie des forces loyales, ils ont dû quitter la ville. L'hôpital et d'autres bâtiments sont gravement endommagés, affirment par ailleurs des témoins.

Depuis mercredi, les forces du gouvernement affirment avoir repris le contrôle de Zawiyah, la ville la plus proche de Tripoli, la capitale du pays mais surtout un bastion de Kadhafi et poursuivent leur offensive sur la côte du golfe de Syrte, dans une région où se trouvent plusieurs ports pétroliers. La télévision d'État a diffusé des images de partisans de Kadhafi célébrant leur victoire dans la ville. Cependant, les combats perdurent et désormais rebelles et forces loyales s'affrontent autour du port de Brega, non loin de Ras Lanouf et des insurgés ont déclaré à Reuters qu'à la suite « d'intenses combats avec les forces de Kadhafi. Elles se sont retirées du quartier ». La Croix-Rouge parle de guerre civile et s'inquiète du nombre grandissant de victimes civiles.

Des gens sur un char T-55 à Benghazi.

Saïf al-Islam Kadhafi, l'un des fils du dirigeant libyen, promet que le gouvernement n'abandonnera jamais la lutte contre les rebelles. Compte tenu de la supériorité des forces pro-gouvernementales qui ont plus de soldats et d'armes, Mouammar Kadhafi devrait être en mesure de mettre fin à l'insurrection, estime le directeur des services de renseignement américains, James Clapper.

L'OTAN[1], envisage « toutes les options militaires » a déclaré le secrétaire de la Défense des États-Unis Robert Gates, à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN à Bruxelles. Il a cependant précisé qu'aucune mesure ne sera prise sans l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies, y compris concernant la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne. Pour l'heure, l'OTAN compte repositionner ses navires plus près de la Libye en Méditerranée, a-t-il annoncé.

Allant dans le même sens que Robert Gates, Hillary Clinton a déclaré qu'une action unilatérale des États-Unis aurait des conséquences imprévisibles. La secrétaire d'État américaine a par ailleurs souligné que les zones d'exclusion aériennes mises en place par les nations occidentales n'avaient eu qu'un faible impact sur le départ des dictateurs serbe et irakien. Les États-Unis se concentrent sur la mise en place de relations avec l'opposition, a déclaré la chef de la diplomatie américaine qui promet de rencontrer ses représentants très prochainement, notamment la semaine prochaine en Tunisie et en Égypte.

De son côté, la France est allée un peu plus loin en reconnaissant le Conseil national de transition, mis sur pied par les insurgés, comme « représentant légitime du peuple libyen ». Paris compte donc échanger des ambassadeurs avec le Conseil basé à Benghazi. Pour le président Nicolas Sarkozy, l'Union européenne (UE) est unanime à demander le départ du dirigeant libyen et à considérer comme un interlocuteur politique le Conseil national de transition. Le Conseil européen quant à lui, salue et encourage l'action de cet organe, a précisé le président français lors d'un point de presse. Ce dernier examine conjointement avec l'UE « toutes les options nécessaires » pour protéger les populations civiles en Libye, s'il y a un besoin « démontrable », une base juridique [une décision de l'ONU] et un soutien régional [Ligue arabe et Union africaine], a-t-il poursuivi.

Voir aussi

 

Situation au 11 mars
  Villes sous contrôle du régime de Kadhafi

  Poursuite des combats ou situation confuse

  Villes contrôlées par les insurgés

Notes

Sources




  •   Page « Libye » de Wikinews. L'actualité libyenne dans le monde.