Ouvrir le menu principal

Moscou préoccupé par la remilitarisation de la Géorgie

4 août 2009. – Les efforts des autorités géorgiennes axés sur la remilitarisation de leur pays suscitent une grande inquiétude à Moscou, a déclaré mardi le secrétaire d'État et vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine, dans une interview à la Rossiïskaïa Gazeta.

« Nos sommes profondément préoccupés par les activités des dirigeants géorgiens soucieux de remilitariser leur pays », a-t-il affirmé, ajoutant que ces activités « rencontraient une réaction étonnamment calme, voire positive dans certains États ».

Selon M. Karassine, la Russie « s'opposera au réarmement du régime Saakachvili » et prend « des mesures concrètes à cet effet ».

Le diplomate a rappelé à cette occasion que le président russe Dmitri Medvedev avait signé en janvier dernier un décret interdisant les livraisons de la Russie vers la Géorgie des « produits à vocation militaire et à double usage pouvant être utilisés à des fins militaires, ainsi que la prestation de services liés aux armements, au matériel de guerre à la formation de spécialistes militaires ». M. Karassine a fait savoir que depuis quelques mois, certains pays « cherchaient à dissimuler leur coopération militaire avec la Géorgie en la faisant passer pour l'aide humanitaire destinée à éliminer les effets du conflit ».

« La tendance de certains pays à armer les troupes géorgiennes, à aider Tbilissi dans le rétablissement de son infrastructure militaire et à former des forces spéciales ne font qu'inciter les autorités géorgiennes à poursuivre leur politique belliqueuse, une politique de menaces et de provocations à l'égard de ses voisins », a souligne le vice-ministre russe des Affaires étrangères.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Moscou préoccupé par la remilitarisation de la Géorgie (diplomatie) » datée du 4 août 2009.

Sources



  •   Page « Russie » de Wikinews. L'actualité russe dans le monde.