Ouvrir le menu principal

Nouvelle-Zélande : une marée noire menace la faune de la baie de Plenty

Baie de Plenty.

11 octobre 2011. – Le 5 octobre 2010, le Rena, un cargo battant pavillon libérien, transportant du pétrole, s'est échoué au large des côtes de la Nouvelle-Zélande. L'avarie s'est produite sur un récif à une vingtaine de kilomètres au large de Tauranga. N'ayant pas encore coulé, le pétrole se répand sur les côtes, menaçant la faune. Sur les 1 700 tonnes que contient le navire, 350 se sont déjà déversées en mer. C'est ainsi que la baie de Plenty se trouve en première ligne d'une catastrophe écologique majeure. Ce lien abrite des manchots pygmées, dont plusieurs ont été retrouvés couverts d'hydrocarbures.

Une véritable épée de Damoclès menace la région : tout le pétrole que contient le navire risque, à tout moment, de se répandre. De plus, les opérations de démazoutage s'avéreront indispensables eu égard à la présence de récifs coralliens particulièrement fragiles. Le Liberia est l'un des pays offrant des pavillons de complaisance pour certains armateurs. Ils autorisent ainsi des « navires poubelles » de voguer sur les mers du globe. Ils leur permettent, surtout, de s'affranchir des législations fiscales, sociales et des normes de sécurités qui sont plus contraignantes dans leur pays d'origine. Certains pays industrialisés, comme la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas utilisent un pavillon bis, notamment en matière fiscale et salariale.

Voir aussi

Sources