Nucléaire en France : Nicolas Hulot veut « sortir du nucléaire, Fukushima » a fini par le « convaincre »

Après avoir annoncé sa candidature à la primaire d'Europe Écologie – Les Verts (EELV), le 13 avril 2011 à Sevran, Nicolas Hulot effectue l'une de ses premières sorties à Strasbourg pour parler du nucléaire.

25 avril 2011. – En déplacement à la frontière franco-allemande entre les villes de Strasbourg et Kehl, lors d'un rassemblement franco-allemand du Réseau Sortir du nucléaire sur le pont de l'Europe — « là où le nuage radioactif de Tchernobyl s'est arrêté », précise le collectif dans sa liste d'action —, Nicolas Hulot, durant son trajet pour son premier déplacement après l'annonce de sa candidature à la primaire Europe Écologie – Les Verts, explique « Je faisais partie de ceux qui accordaient une certaine confiance aux arguments des ingénieurs pronucléaires. Leurs arguments s'émoussent aujourd'hui à l'épreuve des faits ». « Je chemine. Je ne suis pas un dogmatique. Je suis horrifié par ce qui se passe à Fukushima et horrifié par le désarroi immense des acteurs politiques et scientifiques » poursuit-il. « Je pense que l'objectif de sortir du nucléaire doit être un objectif clairement affiché ». Au micro d'I-Télé, Hulot envisage un référendum national voir européen. Il poursuit expliquant qu'il « ne [tord] pas [ses] convictions (…) en fonction de ce que les uns et les autres veulent entendre ».

Nicolas Hulot en 2008.
Wikinews France regional with colours.svg
WIKINEWS
Présidentielle 2012
Ensemble des articles sur le sujet
Interprojet
Contesté au sein Europe Écologie – Les Verts

Eva Joly, adversaire de Nicolas Hulot lors des primaires d'EELV, a reproché au micro de RMC de ne pas « avoir dit un mot du nucléaire » dans son discours de candidature prononcé à Sevran, avant de rappeler qu'elle est là pour les « intérêts du citoyen » et non pas « des multinationales ». Au micro d'I-Télé, Hulot explique ne pas être venu à Strasbourg pour « faire une mise au point » sur le nucléaire, ni qu'il s'agit d'une « posture émotionnelle » .

Stéphane Lhomme, troisième candidat déclaré à l'investiture du parti écologique, suggère à Hulot de se retirer « immédiatement » de la primaire en estimant que sa candidature « nuirait gravement » à l'écologie politique s'il devait être le candidat EELV. Lorsqu'il est interrogé par Le Journal du dimanche à propos des déclarations de Nicolas Hulot, il explique que « Nicolas Hulot ne fait que répondre à des figures imposées par la campagne ». Il estime qu'Hulot « adopte une posture par rapport à la primaire. Il n'y a aucune sincérité dans ces déclarations » en lui reprochant être « l'homme des contrats avec EDF ».

Sources