Ouvrir le menu principal

OTAN : les USA moins attachés à l'appartenance de Kiev et de Tbilissi

7 avril 2009. – Les États-Unis accorderont moins d'attention à l'adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN même si le niveau de coopération de ces pays, de même que celui de la Russie, avec l'Alliance, augmente, a estimé dans un entretien à RIA Novosti Stephen Sestanovich, expert américain en politique extérieure.

Toutefois, les États-Unis ne renonceront pas complètement, selon lui à l'idée d'adhésion à l'OTAN de nouveaux membres, et l'expert n'exclut pas, dans cet ordre d'idée, les variantes les plus inattendues.

« Je pense que dans un proche avenir on accordera moins d'attention à ces questions, mais il est très peu probable que la politique américaine sur cet axe change complètement. Car si les États-Unis excluent l'idée de l'appartenance à l'OTAN, de l'Ukraine et la Géorgie, comment arriveront-ils à laisser ouverte la question de l'appartenance de la Russie à l'OTAN ? » s'est interrogé M. Sestanovich, ex-conseiller du Secrétaire d'État américain en charge de la Russie et de la CEI dans l'administration Clinton, aujourd'hui professeur à l'Université Columbia et expert chef pour la Russie et l'Eurasie au sein de l'influent Conseil pour la politique extérieure.

M. Sestanovich juge plus « probable » la variante d'après laquelle « la Russie, la Géorgie et l'Ukraine – et pourquoi pas l'Azerbaïdjan et le Kazakhstan avec elles ? – approfondiront, au cours des années à venir leur coopération avec l'OTAN, mais sans soulever la question de leur appartenance à l'Alliance ».

Ceci dit, l'ex-conseiller du Secrétaire d'État reconnaît qu'« au fur et à mesure de l'approfondissement de cette coopération, cette question (de l'appartenance de ces pays à l'OTAN) se posera de manière naturelle ».

L'expert a espéré qu'à l'avenir ce problème ne sera pas perçu avec tant d'émotions. « Les passions politiques entourant ce problème ces dernières années reflètent l'absence de maturité dans nos rapports (avec la Russie) », a-t-il noté.

M. Sestanovich a invoqué en référence le règlement d'un problème similaire dans les rapports entre les États-Unis et la Chine. « Aucun des officiels chinois n'a même pensé à affirmer que l'alliance (militaire) entre l'Amérique et le Japon ou entre l'Amérique et la Corée du Sud représentait une menace à la sécurité de la Chine », a indiqué l'expert américain.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  OTAN : les USA moins attachés à l'appartenance de Kiev et de Tbilissi » datée du 7 avril 2009.


Sources



  •   Page « États-Unis » de Wikinews. L'actualité américaine dans le monde.