Politique valdôtaine : Pastoret, l'indépendance n'est pas un blasphème

29 novembre 2014. – « L'indépendance et l'autodétermination des peuples ne sont pas des paroles blasphématoires ». C'est ce qu'a déclaré Ennio Pastoret, président de l'Union valdôtaine, durant le Congrès qui s'est déroulé ce samedi 29 novembre à Pont-Saint-Martin.

Maison communale de Pont-Saint-Martin

Pour Pastoret, « il y a le sentiment que l'État italien est train de remettre en question les Régions, en commençant par celles à Statut spécial. Ce sont des signes d'une volonté d'anéantissement. Jusqu'à quand baisserons nous la tête et accepterons-nous tout cela ? ».

Sur les rapports avec les forces politiques de l'opposition, Pastoret y a consacré une large part, en critiquant l'année passée caractérisée par des querelles et affrontements, mais a encore une fois tendu la main, répétant la disponibilité à dialoguer pour poursuivre la législature du Conseil de la Vallée dans un esprit de partage, même si « nous disons non à un esprit de diktat ou à des procès sommaires contre les unionistes. Nous sommes disponibles à travailler ensemble pour réaliser les réformes structurelles nécessaires. » Pastoret a cependant confirmé que les tractations entamées il y a un mois sont pour le moment dans un impasse.

SourcesModifier


  Actualiser la page
  Jour précédent

29 novembre 2014

Jour suivant