Ouvrir le menu principal

Pologne : la justice refuse l'extradition de Roman Polanski vers les États-Unis

Roman Polanski en 2013.

30 octobre 2015. – Le tribunal régional de Cracovie a officiellement annoncé, vendredi 30 octobre, qu'il a refusé la demande d'extradition de Roman Polanski vers les États-Unis. Accusé de viol sur mineure, l'extradition était réclamée par la droite conservatrice, tout juste victorieuse aux élections législatives.

Les États-Unis avait formulé la demande d'extradition du cinéaste franco-polonais de 82 ans en janvier dernier, après l'apparition publique de Polanski à Varsovie pour l'inauguration du musée des Juifs de Pologne. La justice américaine poursuit Roman Polanski pour le viol d'une mineure de 13 ans en 1977.

« Le tribunal a conclu à l'inadmissibilité d'extradition aux États-Unis du citoyen polonais et français Roman Polanski », a annoncé le juge Dariusz Mazur lors d'une conférence de presse. Le parquet polonais, qui représente la requête américaine, peut cependant faire appel de cette décision.

Roman Polanski ne s'est pas présenté au tribunal de Cracovie pour « des raisons émotionnelles », a indiqué l'un de ses avocats, maître Jan Olszewski. Ses avocats jugent que la demande d'extradition est infondée du fait de l'accord passé au moment des faits entre le réalisateur et la justice américaine.

En 1977, Roman Polanski avait été poursuivi pour avoir violé la jeune Samantha Geimer, 13 ans. Libéré sous caution après 42 jours de prison, Polanski s’était ensuite enfui des États-Unis avant la lecture du verdict, craignant d’être lourdement condamné. À l'époque il avait plaidé coupable de « rapports sexuels illégaux » avec une mineure.

La justice polonaise a, pour le moment, décidé de ne pas poursuivre Roman Polanski. Ce dernier reste entièrement libre de se déplacer.

SourcesModifier