Ouvrir le menu principal

Pologne : le candidat conservateur Andrzej Duda remporte l'élection présidentielle

Andrzej Duda en septembre 2013.

25 mai 2015. – Selon les premiers sondages de sortie des urnes, le candidat de Prawo i Sprawiedliwość (en français : Droit et justice), Andrzej Duda remporterait une large victoire sur son opposant, le président sortant Bronisław Komorowski du parti Platforma Obywatelska (PO, Plateforme civique, centre-droit). Crédité de 52 à 53 % des suffrages exprimés, il crée donc la surprise là où les sondages donnaient Komorowski gagnant avec plus de 60 % des voix il y a encore quelques semaines, tandis que Duda était un parfait inconnu pour une grande majorité des Polonais avant l'élection.

C'est le cas de la majorité des candidats du premier tour, qui n'occupaient pas les fonctions les plus importantes des partis qu'ils représentaient. La raison de cela est que la Pologne est une république parlementaire, comme l'Allemagne ou l'Italie, ce qui signifie que le président n'a qu'un rôle symbolique, ses pouvoirs étant limités. Celui qui conduit les affaires de la nation est le Premier ministre (officiellement président du Conseil des ministres), actuellement Ewa Kopacz (PO).

Duda, juriste et professeur de droit de 43 ans, a su convaincre à la fois la « Pologne profonde », où la religion catholique a encore une importance prédominante, par son côté « gendre idéal », et les jeunes du pays, en menant campagne à travers toute la Pologne, en bus. Ses principales promesses de campagne étaient de ramener l'âge de la retraite de 67 à 65 ans et de réduire les impôts — ce qui relève cependant plus de l'autorité du parlement et du Premier ministre que de celle du président —, tandis que pour le domaine de compétence du Chef de l'État, à savoir la politique étrangère, il a simplement promis de défendre les intérêts des polonais, son parti PiS étant connu comme eurosceptique. Il semblerait que les électeurs de Pawel Kukiz, chanteur sans étiquette qui avait recueilli plus de 3 millions de voix (20 %) au premier tour, se soient rangés de son côté.

Sa carrière politique consiste pour l'instant en sa fonction de vice-ministre de la Justice dans le gouvernement de Jarosław Kaczyński entre 2005 et 2009, puis de celles de député et enfin d'eurodéputé, depuis mai 2014. Le fait qu'il soit peu connu l'a probablement aidé, les Polonais étant habitués aux duels entre les grandes figures de PO (Donald Tusk, Bronisław Komorowski) et PiS (frères Kaczyński).

Cette élection est donc un mauvais présage pour PO et son actuelle Première ministre Ewa Kopacz, des élections législatives (qui déterminent le Premier ministre) étant prévues pour octobre 2015.

SourcesModifier