Ouvrir le menu principal

Protestation de Moscou contre les pressions européennes sur la Biélorussie concernant l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud

6 mars 2009. – La Russie a accusé vendredi la présidence tchèque de l'UE d'avoir fait pression sur la Biélorussie en subordonnant son intégration européenne à la non-reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

« La déclaration de M. Schwarzenberg est une manifestation publique brutale des pressions de la part de l'UE sur la Biélorussie. Minsk se voit proposer, sous une forme d'ultimatum inacceptable, de renoncer à son droit souverain de prise de décision dans les grandes questions de la politique étrangère contre une chance de rapprochement avec l'Europe », s'est insurgé Grigori Karassine, vice-ministre russe des Affaires étrangères, dans une interview publiée par le quotidien russe Izvestia.

Selon M. Karassine, les propos du ministre tchèque « mettent en péril les discussions de Genève » sur le statut de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud menées sous l'égide de l'UE.

Le parlement biélorusse doit se prononcer le 2 avril sur la reconnaissance de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, reconnue jusqu'à présent par la Russie et le Nicaragua.

Le 23 février, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE, le chef de la diplomatie tchèque Karel Schwarzeberg a averti que si la Biélorussie reconnaissait l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, elle se mettrait « hors du contexte européen » et compliquerait sa propre adhésion au programme de Partenariat oriental.

La commissaire européenne chargée des relations extérieures et de la politique de voisinage, Benita Ferrero-Waldner, a pour sa part déclaré que la reconnaissance des anciennes provinces géorgiennes entraverait le rapprochement UE-Biélorussie.

Le Partenariat oriental est un forum multinational formé par les États membres de l'UE et six États d'Europe de l'Est et du Caucase du Sud: l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la République de Moldavie et l'Ukraine. Ce projet qui, sans prévoir de possibilité d'adhésion, suppose un rapprochement politique et économique, doit être officiellement lancé le 7 mai prochain à Prague lors d'un sommet de l'UE. Dans le cadre du programme, les six ex-républiques soviétiques doivent toucher d'ici 2013 jusqu'à 350 millions d'euros d'aide financière.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Abkhazie / Ossétie: Moscou proteste contre les pressions européennes sur la Biélorussie » datée du 6 mars 2009.

Sources