Québec : 30 % des diplômés de Polytechnique Montréal cette année seront des femmes

2 mai 2021.Polytechnique Montréal atteint cette année l'objectif d'Ingénieurs Canada de porter à 30 % le taux d'ingénieures nouvellement titulaires d'ici 2030. L'initiative instiguée en 2010 par l'Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta (APEGA) a depuis été adoptée par Ingénieurs Canada.

Polytechnique Montréal remet 30 % de ses diplômes d'ingénieurs à des femmes cette année.

Pour supporter ses efforts, l'association d'ingénieurs et d'ingénieures a nommé des championnes de l'initiative 30 en 30. Au Québec, ce sont mesdames Kathy Baig, présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Tanja Tajmel, professeure associée au Centre for Engineering in Society de l'Université Concordia, Annie Ross, directrice associée et professeure titulaire au Département de génie mécanique de Polytechnique Montréal, Eve Langelier, professeure et titulaire de la Chaire pour les femmes en sciences et en génie au Québec de l'Université de Sherbrooke.

En 1989, on comptait 4 % de femmes parmi les membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Aujourd'hui, elles sont 15%. Selon Kathy Baig, « les jeunes filles disent qu’elles n’ont pas assez de modèles féminins auxquels elles peuvent s’identifier. Elles ont certaines craintes par rapport aux barrières qu’elles peuvent vivre. »

Pour Tanja Tajmel, la sous-représentation des femmes en génie et, plus généralement, en sciences, technologie, ingénierie et mathématique, « ce n'est pas un problème de femme, c'est un problème de société. Les hommes comme les femmes doivent faire partie de la solution. »

Annie Ross, de Polytechnique Montréal, « souhaite doubler la proportion [de femmes dans le corps professoral] d’ici trois ans, qui est équivalente actuellement à celle que l’on trouve à l’Ordre des ingénieurs du Québec. »

Selon Eve Langelier, la raison la plus évidente qui pousse les professionnelles des sciences à quitter le milieu du travail « est qu’elles n’obtiennent pas les perspectives de développement de carrière auxquelles elles aspirent. »

Une cible à atteindre

Ingénieurs Canada et plusieurs experts croient que la cible de 30 % de femmes en génie est un seuil critique à atteindre pour voir des changements durables prendre forme. Cette première étape a été franchie par Polytechnique Montréal cette année.

Depuis plus de vingt ans, Polytechnique Montréal a mis en place toutes sortes d’initiatives de sensibilisation comme :

  • des activités d’éveil aux sciences données en classe ;
  • des camps scientifiques ;
  • des programmes de mentorat ;
  • des concours, des ateliers et des conférences ;
  • des bourses d’études et la mise en lumière de modèles inspirants de femmes qui se réalisent dans des carrières technologiques.

D'autres facteurs ont probablement aussi pesé dans la balance :

  • l’embauche accrue de professeures ;
  • la création de nouveaux programmes comme le baccalauréat en génie biomédical ;
  • l’adoption d’une approche d’ingénierie durable.

Jean Boudreau, présidente d'Ingénieurs Canada, félicite la communauté de Polytechnique Montréal : « Les établissements d'enseignement postsecondaire jouent un rôle essentiel dans l'amélioration de la diversité, de l'équité et de l'inclusion en génie et l’atteinte de l'objectif 30 en 30. Nous trouvons très encourageant l’impact qu’a Polytechnique sur l'avancement de l'égalité des genres et nous désirons vivement nous inspirer de son exemple. »

Science portal icons.png
Thèmes


SourcesModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

2 mai 2021

Jour suivant