Ouvrir le menu principal

Quatorze personnes condamnées à la prison ferme pour terrorisme au Maroc

Localisation de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër au Maroc

9 janvier 2010. – Quatorze membres du groupe Fath Al Andalous[1] ont été condamnés à la prison ferme jeudi par la chambre criminelle chargée des affaires de terrorisme de Salé. Le groupe s'associerait avec l'expulsion des Musulmans de la région d'Andalousie, en Espagne, au XVe siècle.

Selon l'agence Maghreb Arabe Presse (MAP), la chambre a condamné le principal prévenu Rachid Zerbani à quinze ans de réclusion et à une amende de 500 000 dirhams[2], et les treize autres membres à entre quatre et dix ans pour « constitution d'une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d'une entreprise collective visant à porter gravement atteinte à l'ordre public par l'intimidation et la violence, financement du terrorisme, participation, fabrication et détention d'explosifs, atteinte aux valeurs sacrées et réunions publiques non autorisées ».

Le groupe, qui d'après MAP aurait des liens avec des organisations similaires en Algérie, en Mauritanie, en France, en Espagne, ou encore dans d'autres pays au Moyen-Orient, aurait préparé des attentats dans des lieux touristiques d'Agadir, ainsi qu'à une caserne à Laayoune, ville principale de la région du Sahara occidental. La police a indiqué que les membres auraient obtenu des éléments électroniques et chimiques utilisés dans les bombes.

Depuis les attentats de 2003 à Casablanca, qui ont fait 45 morts, le Maroc aurait démantelé plus de soixante groupes similaires, avec plus de 2 000 personnes jugés et condamnées à la prison.

Notes

Sources


  •   Page « Maroc » de Wikinews. L'actualité marocaine dans le monde.