Ouvrir le menu principal

Sarkozy hostile à l'idée d'une confrontation avec la Russie

16 octobre 2008. – Le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays assume la présidence tournante de l'UE, a jugé peu raisonnable, jeudi à Bruxelles, d'attiser la confrontation avec la Russie.

« Si en plus on crée les conditions d'un affrontement Europe-Russie, dans les difficultés actuelles, je me demande si ce serait bien raisonnable », a déclaré M. Sarkozy, commentant les résultats de la première série de discussions internationales à Genève sur la sécurité dans le Caucase du Sud.

Reconnaissant que les discussions de Genève débutaient « dans la douleur », le chef de l'Elysée a estimé: « C'est le contraire qui eût été très étonnant ».

Le président français a rappelé qu'un peu plus de deux mois seulement s'étaient écoulés depuis la crise géorgienne, tout en avouant que rien n'était parfait dans le plan de paix Medvedev-Sarkozy.

Deux réunions séparées ont eu lieu mercredi à Genève dans le cadre des consultations internationales portant sur la situation dans le Caucase du Sud. Les délégations russe et géorgienne ont refusé de se réunir autour d'une même table, Moscou insistant sur la participation de représentants abkhazes et sud-ossètes, et Tbilissi s'y opposant. Des médiateurs de l'ONU, de l'UE et de l'OSCE ont évoqué un « problème de procédure » sans pour autant constater l'échec des pourparlers.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Sarkozy hostile à l'idée d'une confrontation avec la Russie » datée du 16 octobre 2008.

Sources



  •   Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.