Ouvrir le menu principal

Soudan du Sud : six travailleurs humanitaires tués

29 mars 2017. – Six travailleurs humanitaires ont été tués dans une embuscade au Soudan du Sud, ont annoncé le 26 mars les Nations unies. Il s'agit de la troisième attaque contre des personnels humanitaires depuis le début du mois dans le pays, d'après l’ONU, pour qui c'est aussi la plus meurtrière contre des humanitaires depuis le début, en décembre 2013, de la guerre civile sévissant dans ce pays et opposant les partisans du président Sakva Kiir, appartenant à l’ethnie dinka, à ceux de l’ex vice-président Riek Machar, appartenant aux Nuers.

Une attaque qui survient alors que le pays est en proie, à cause de la guerre civile, à une sévère famine touchant pas moins de la moitié de la population. Eugene Owusu, membre de l'Ocha (le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires de l'ONU), faisant part de son indignation face à des meurtres « odieux », a ainsi déclaré qu'« au moment où les besoins humanitaires ont atteint un niveau sans précédent, il est totalement inacceptable que ceux qui tentent d’apporter de l’aide soient attaqués et tués ».

Les victimes seraient trois Kényans et trois Sud-Soudanais qui agissaient dans le cadre d'une ONG locale. Ils venaient de Juba et se dirigeaient vers Pibor, à l'est du pays.

Leur voiture a été arrêtée par des individus non identifiés. Ils en ont ensuite été sortis « et tués par balles ».

Les autorités cherchent visiblement à empêcher les travailleurs humanitaires d’accéder à certaines zones, en particulier celles tenues par l’opposition, dont la population est majoritairement Nuer.

Plus tôt ce mois-ci, un travailleur du secteur de la santé et un patient avaient été tués le 14 mars lors de l’assaut d’un convoi dans le centre du pays, à Yirol, où sévit une épidémie de choléra. Au début du mois, au nord, des membres du personnel local d’une ONG internationale avaient été enlevés par des rebelles avant d'être relâchés quatre jours plus tard, a précisé l’Ocha.


SourceModifier