Différences entre versions de « WikiLeaks : un adolescent de 15 ans arrêté pour des cyber-attaques »

aucun résumé de modification
(Page créée avec « thumb|Localisation de l'Auvergne {{date|{{subst:#ifeq:{{subst:#time:j}}|1|1er|{{subst:#time:j}}}} {{subst:#time:F Y}}}} == Source... »)
 
[[Fichier:Auvergne region locator map.svg|thumb|Localisation de l'Auvergne]]
{{Chapeau|Un jeune Auvergnat a été placé en garde à vue en décembre dernier, soupçonné d'avoir participé à l'opération ''Payback''.}}
{{date|28 janvier 2011}}
Un jeune collégien de 15 ans a été placé 3 heures en garde à vue le 16 décembre dernier, dans son petit village à 400 km au sud de Paris, rapporte Europe 1. Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir participé à l'opération ''Payback'', menée par le groupe de « hackers » ''Anonymous''. Cette opération, réponse à l'arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, avait consisté en l'attaque de différents sites de payement en ligne.
 
Le garçon se serait servit d'une centaine d'ordinateurs et de plusieurs serveurs. Les gendarmes spécialisés en lutte anti-cyber-criminalité ont remonté à partir d'un de ces serveurs jusqu'à lui. {{Citation1|Sa motivation à ce moment là était au service de l’idée qu’il était nécessaire de protéger [le site], dont il estimait qu’il avait le droit de s’exprimer librement}}, rapporte la brigade. Le procureur de la République de Clermont-Ferrand a lui déclaré que {{citation1|c'est un gamin [sans antécédents judiciaires] qui va sur des réseaux sociaux, contacte d'autres internautes, se laisse influencer en pensant défendre la liberté mais ce n'est pas un hacker. Il est révélateur de voir que ce sont souvent des jeunes qui n'ont pas conscience de commettre une infraction pénale}}. Pour le père de l'adolescent, {{Citation1|il a peut-être fait une bêtise, mais ce n’est ni un criminel ni un terroriste}}.
 
== Sources ==