« Un foyer de fièvre aphteuse découvert en Angleterre » : différence entre les versions

m
correction fautes de français et de style
[version vérifiée][version vérifiée]
m (correction fautes de français et de style)
 
Le porte-parole de la Commission européenne Philip Tod, en charge des questions sanitaires, déclare que la Commission adoptera lundi 6 août en procédure d'urgence la mesure mise en place par la Grande-Bretagne qui interdit le déplacement ou l'exportation de bétail et de produits animaux hors du pays. Ceci a donc été le cas aujourd'hui.
 
En [[w:France|France]], le Ministère de l'Agriculture a décidé de procéder au recensement de toutes les introductions de bovins, ovins, caprins ou porcins en provenance du Royaume-Uni intervenuessurvenues au cours des 10 derniers jours et d'interdire tout rassemblement des espèces sensibles dans l'attente de ce recensement.
 
Le ministère britannique de l'Environnement a annoncé, samedi 4 août ,que le virus de la fièvre aphteuse découvert dans cette ferme de Grande-Bretagne provient d'une souche (souche du virus 01 BFS67, isolé dans l'[[w:épizootie|épizootie]] de fièvre aphteuse de [[w:1967|1967]] en Grande-Bretagne) très semblable à celle utilisée dans des laboratoires de recherche proches de l'exploitation. Deux laboratoires sont en cause<ref>http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-31953472@7-37,0.html</ref>: l'un, à Pirbright, est géré par un organisme gouvernemental, l'Institut pour la santé animale (''Institute for Animal Health''), l'autre par la société pharmaceutique Merial, propriété du groupe américain Merck et du français Sanofi-Aventis. Ce dernier fait partie des quatre seuls laboratoires autorisés par l'Union Européenne à manipuler le virus de la fièvre aphteuse en vue de produire des vaccins, les autres étant situés à [[w:Cologne|Cologne]], [[w:Lyon|Lyon]] et [[w:Lelystad|Lelystad]].