Différences entre versions de « Belgique : vive émotion provoquée par la probable libération de l'ex-femme de Marc Dutroux »

m
ortho
m (ortho)
{{Date|11 mai 2011}}
L'ex-femme et complice de [[w:Affaire Dutroux|Marc Dutroux]], meurtrier et pédophile, est libérable depuis hier. Michelle Martin avait été condamnée à 30 ans de prison pour [[w:Séquestration (crime)|séquestrations]] et {{w|viol}}s, elle a purgéepurgé la moitié de sa peine. Elle ne devrait pas être libérée dans l'immédiat, mais cette annonce a tout de même replongé le pays dans l'horreur d'une affaire qui avait choquéechoqué le royaume il y a une quinzaine d'années.
 
Le procureur générale de {{w|Mons}} a annoncé cette après-midi qu'il ne ferait pas appel de la décision de libération de Michelle Martin, car il juge cette décision régulière bien qu'il indique ne pas l'approuver. Cette décision serait motivée par sa {{citation1|bonne conduite}}.
Néanmoins, la complice de Marc Dutroux ne pourra pas sortir dans l'immédiat. En effet, son plan de réinsertion prévoie un hébergement dans un {{w|couvent}} {{w|France|français}}. Les autorités belges doivent donc {{citation1|prendre contact avec la France}} pour {{citation1|s'assurer que toutes les conditions soient respectées}} a expliqué {{w|Stefaan De Clerck}}, le ministre de la justice. La France doit décider si elle accepte de contrôler les conditions de cette libération via ses propres agents de probation. Selon certaines sources, cette décision ne devrait intervenir que dans {{citation1|quelques semaines}} au plus tôt.
 
Mais cette libération anticipée provoque un vif émoi en Belgique. Inadmissible, scandaleux, honteux, insultant, inacceptable, ce sont les termes qu'utilisée la presse francophone hier matin. Jean-Denis Lejeune, le père de la petite Julie, s’est dit {{citation1|choqué}}, expliquant qu’on allait {{citation1|peut-être remettre un monstre dans la rue}}. Des appels au meurtresmeurtre ont même été proférés sur le réseau {{w|Facebook}}. Des gens s'étonnent également de l'accueil par la France de Michelle Martin. Pour dissuader les autorités française de la recueillir, Jean-Denis Lejeune se demande si la France n'est pas devenue {{citation1|le pays d'accueil des abuseurs d'enfants}}, alors que l'évêque de Bruges, coupable de pédophilie, vient lui aussi de s'exiler dans le {{w|Loir-et-Cher}}.
 
Cette ancienne institutrice qui a eue trois enfants avec Dutroux a été condamnée en 2004 à 30 ans de prison car reconnue coupable de complicité pour l'enlèvement, la séquestration et le meurtre de six adolescentes, âgées de 8 à 19 ans, au cour des années 1990. Alors que son marismari est en prison, elle avait laissé mourir de faim les deux plus jeunes d'entre elles, Julie Lejeune et Melissa Russo, âgées de 8 ans, alors emmurées vivantes dans un cachot aménagé par ce couple dans sa maison de {{w|Marcinelle}}, près de {{w|Charleroi}}.
 
{{formatnum:2500}} personnes se sont réunies devant le palais de Justice de Bruxelles hier à 16 heure pour protester contre l’éventuelle libération de MichèleMichelle Martin.
 
== Sources ==
2 736

modifications