Différences entre les versions de « France : le Conseil constitutionnel rejette le compte de campagne 2012 de N. Sarkozy »

l'AFP confond 2002 et 2012 : tous les médias reprennent le 11 mars 2002... Faut contrôler cette source !
(l'AFP confond 2002 et 2012 : tous les médias reprennent le 11 mars 2002... Faut contrôler cette source !)
 
Le communiqué précise que {{Citation|c'est à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le compte de campagne de M. Sarkozy}}, car les dépenses du président sortant {{Citation|excéd(ait) de {{formatnum:466118}} euros, soit 2,1%, le plafond autorisé}}.
 
Le Conseil constitutionnel a notamment estimé que 80% des €3 millions dépensés pour le grand meeting de Villepinte le 11 mars 2012 auraient dû être portés au compte de campagne de Nicolas Sarkozy, et non 50% comme cela avait été fait<ref>[http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/13/villepinte-un-meeting-et-une-facture-pour-le-candidat-sarkozy_1656436_1471069.html Villepinte : un meeting et une facture pour le candidat Sarkozy]</ref>.
 
C'est l'UMP qui avait emprunté 10 millions d'euros pour la campagne de Nicolas Sarkozy. {{Citation1|Si on ne se fait pas rembourser, ce sera un coup très très dur}} concède {{w|Claude Goasguen}}, maire (UMP) du 16{{e}} arrondissement de Paris. {{Citation1|En fait, sans ça, je ne sais pas comment on pourra s’en sortir financièrement...}}.
L'ex-candidat a déclaré qu'il démissionnait immédiatement du Conseil pour {{Citation|retrouver sa liberté de parole}}.
 
{{notes}}
== Sources ==
* {{source|langue=fr