Différences entre les versions de « France : Nous sommes les Républicains conteste le dépôt par l'UMP de la marque les Républicains »

Clarification encore plus explicite de l'attribution des citations
(+ L'UMP se défend de s'approprier un terme commun la la voix de son porte-parole, Pierre Esplugas, selon qui l’appellation les Républicains serait fondée)
(Clarification encore plus explicite de l'attribution des citations)
Le groupe « Nous sommes les Républicains » conduit par l'avocat toulousain au barreau de Paris Christophe Léguevaques entend contester à l'{{w|UMP}} le droit de déposer la {{w|marque}} les Républicains.
 
Pour l'avocat Christophe Léguevaques, « C’est une réaction citoyenne à un hold-up sémantique ». (Citation de l'avocat Christophe Léguevaques)
 
Du point de vue défendu par l'avocat, Christophe Léguevaques, «la marque Les Républicains ne peut faire l’objet d’une appropriation de la part de quiconque »(Citation de l'avocat Christophe Léguevaques): il considère en effet que que « pour déposer une marque, il faut avoir fait preuve d’un minimum de créativité »(Citation de l'avocat Christophe Léguevaques). Ceci alors que l'UMP a déposé la marque à l'{{w|Institut National de la Propriété Intellectuelle}} (INPI).
 
L'UMP se défend de s'approprier un terme commun la la voix de son porte-parole, Pierre Esplugas, selon qui l’appellation les Républicains serait fondée car: «aux États-Unis, un des deux principaux partis s'appelle Les Républicains. En France, le parti auquel appartenait Valéry Giscard d'Estaing s'appelait Les Républicains indépendants transformé à partir de 1977 en Parti républicain. À partir de 1976, le parti gaulliste s'appelait Le Rassemblement pour la République...»(Citation de Pierre Esplugas porte-parole de l'UMP)
 
== Sources ==
Utilisateur anonyme