Différences entre versions de « Jeux olympiques de Rio : triathlon épreuve masculine, Alistair Brownlee marque l'histoire »

aucun résumé de modification
La partie natation est emmenée comme à l'accoutumé par le meilleur nageur du circuit, le Slovaque {{w|Richard Varga}}, avec dans son sillon les deux frères Alistair et {{w|Jonathan Brownlee}}. Les Français {{w|Vincent Luis}}, {{w|Pierre le Corre}} et {{w|Dorian Coninx}} restent dans le sillage de la tête de course et sortent avec ces derniers pour une transition rapide. Dès le départ de la partie vélo, une échappée composée d'une dizaine de triathlètes dans laquelle le tenant du titre {{w|Alistair Brownlee}}, son frère et Vincent Luis collabore et impose un rythme élevé pour isoler et « piéger » les coureurs à pied les plus rapides des circuits internationaux et notamment, l'Espagnol {{w|Mario Mola}} et le Sud-Africain {{w|Richard Murray}} dans un peloton de poursuivants, qui perd plus d'une minute sur la tête de course.
 
Avec plus d'une minute et vingt secondes, le groupe de tête démarre la course à pied, a l'issue de la seconde transition. Rapidement, les frères Brownlee et Vincent Luis prennent leur distance avec les autres compétiteurs dont le Sud-Africain {{w|Henri Schoeman}} qui reste toutefois à une courte distance du trio de tête qui impose un rythme élevé dans la première boucle. AuDès coursle desecond la seconde bouclekilomètre, le Français cèdesubit l’accélération des deux frères à laquelle il surne sonpeut temporésister et laisse partir les deux britanniques seuls, qui continuent leur course vers un nouveau titre. Lors du dernier tour, Alistair accélère et crée un écart avec son frère Jonathan que ce dernier ne parviendra pas à combler. Passant la ligne d'arrivée seul sans pression, le champion olympique en titre savoure sa nouvelle victoire sur la ligne d'arrivée que son frère passe quelques secondes plus tard.
 
La troisième place reviens au Sud-Africain Henri Schoeman qui réalise une course à pied de haut niveau, son compatriote Richard Murray auteur d'une spectaculaire remontée s'empare de la 4{{e}} place. Vincent Luis parvient malgré tout à conserver un {{w|diplôme olympique}} en prenant la 7{{e}} position, mais ne cache pas sa déception de ne pas avoir remporté la première médaille du triathlon français, objectif ultime de plusieurs années de préparation.