Différences entre versions de « France : décès de l'animateur de radio Pierre Bouteiller »

aucun résumé de modification
Passionné de {{w|musique}}, et en particulier de {{w|jazz}} et de {{w|piano}}, il commence par travailler sur {{w|Europe 1}} pendant 10 ans, de 1959 jusqu'en 1969. Mais son ton sans concession finit par agacer et il doit quitter Europe 1. {{Citation|Je n’ai pas été surpris de cette rupture. Depuis longtemps je savais que j’agaçais. Mai 68 a été le prétexte pour mettre un nom – {{Citation|gauchisme}} – sur un mauvais esprit que l’on me reprochait depuis longtemps}}.
 
Il intègre ensuite {{w|France Inter}} à l'{{w|ORTF}}. Là, il y présente ''{{Citation|Embouteillages (magazine)|Embouteillages}}'', magazine dont la {{Citation|formule est de ne pas en avoir}}. Il y traite de l’art de vivre à Paris comme en province, parce que {{Citation|le parisianisme se décentralise}}, annonçait-il dans son premier billet introductif.
 
Membre, avec {{w|José Artur}} et {{w|Jacques Chancel}}, autres grands noms de l'audiovisuel récemment disparus, du trio surnommé {{Citation|A.B.C.}} (leurs initiales), il animera de nombreuses émissions renommées, incluant par exemple ''{{w|Au bénéfice du doute}}'', ''{{w|Comme de bien entendu}}'', ''{{w|Le Magazine de Pierre Bouteiller}}'', ''{{w|Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous}}'' ou encore ''{{w|Quoi qu’il en soit}}''.