« Bolivie : six gouverneurs de départements rompent les relations avec le gouvernement d'Evo Morales » : différence entre les versions

m
Correction fautes de français.
[version vérifiée][version vérifiée]
m (s/suite à/à la suite de)
m (Correction fautes de français.)
 
Les trois départements ([[w:département de Chuquisaca|Chuquisaca]], [[w:département d'Oruro|Oruro]] et [[w:département de Potosí|Potosí]]) dirigés par des élus du ''{{lang|es|[[w:Movimiento Al Socialismo|Movimiento Al Socialismo]]}}'' (MAS, formation du président Morales), ne représentent que 18,53 % de la population et 20,33 % de la superficie du pays.
 
Cette tension fait à la suite deà l'élection d'une Assemblée constituante, le [[w:3 juillet|3 juillet]] dernier et qui a commencé ses travaux le [[w:6 août|6 août]] suivant. Dans cette instance, qui ne se confond pas avec les deux chambres du Parlement bolivien (Sénat national et Chambre des députés), le MAS dispose de 137 sièges sur 255.
 
Or, à l'instigation probable du président Morales, les députés de son parti à l'Assemblée constituante ont voté, la semaine dernière, un amendement permettant de passer outre la majorité des deux tiers exigée actuellement pour réviser la constitution en permettant l'adoption de changements à la majorité simple. L'opposition de droite et du centre droit a présenté un recours devant la cour constitutionnelle, qui a été rejeté.