Différences entre les versions de « Porte-avions Charles-de-Gaulle : « il y a eu des erreurs dans l'appréciation des mesures à prendre pour combattre le coronavirus », juge la ministre française des Armées »

m
Corrections
m (retouche de la modification précédente)
m (Corrections)
Soupçonnée d'être la cause de la première introduction du SRAS-CoV-2 à bord du Charles-de-Gaulle, l'escale à {{W|Brest}} du 13 au 16 mars 2020 {{citation|n'est donc pas la cause de la première introduction du virus}} sur le navire a expliqué aux députés Florence Parly. {{citation|Mais l'enquête révèle qu'elle a été l'occasion de la réintroduction de celui-ci et qu'elle a été un facteur d'accélération de sa propagation.}}
 
Après l'escalade à Brest, les gestes barrières et une quarantaine de 14 jours est organisée au sein du bâtiment, mais le 30 mars ces mesures desde restrictionsrestriction sont {{citation|assouplies en l'absence de cas confirmés}}, a détaillé Florence Parly. La ministre dénonce {{citation|un excès de confiance du commandement ainsi que de son service médical dans sa maîtrise de la situation}}. Elle explique que l'assouplissement des mesures àa {{citation|accéléreraccéléré la propagation du virus}}.
 
Les premières apparitions à bord du navire remonteraient à février 2020. À ce moment là, des marins développent des symptômes qui {{citation|ont été interprétés comme le fait d'états grippaux}}. Les symptômes étaient {{citation|dans cette saison (février, NDLR) dans les taux habituels}}. {{citation|Le seul cas qui fait naître un doute}}, prévient la ministre, {{citation|est celui qui a donné lieu à un scanner pulmonaire le 21 mars. Scanner envoyé à l'{{w|Hôpital d'instruction des armées Percy|hôpital d'instruction des armées à Percy}} pour analyse et qui s'est avéré négatif}}.
 
;Jusqu'à 85 marins en isolement
Le 5 avril, le commandement du porte-avions apprend qu'un officier débarqué au {{W|Danemark}} le 30 mars a été testé positif à laau COVID-19. C'est ainsi que {{citation|le doute s'installe}} explique la ministre. [[wikt:concomitamment|Concomitamment]], le nombre de personnes qui se présente à l'infirmerie du Charles-de-Gaulle {{citation|augmente par rapport aux jours précédents}}. Les mesures strictes sont immédiatement rétablies. Le 6 avril, trois marins, {{citation|les plus vulnérables}}, sont évacués. Jusqu'à 85 marins ont été mis en isolement dans des {{citation|conditions précaires dans les tranches avant du navire}} qui {{citation|n'a été pas bien vécu}}.
 
{{citation|La propagation de la maladie a surpris le commandement et a momentanément pris de court l'organisation logistique du bâtiment}}, juge la ministre. {{citation|Il y a eu des erreurs dans l'appréciation des mesures à prendre pour combattre le coronavirus. La principale erreur a été de persister dans une stratégie qui était fondée sur le retour d'expérience de la pandémie de H1N1 (...). Nous l'avons constaté à nos dépens, le coronavirus ce n'est pas la {{W|grippe H1N1}}.}}
 
== Voir aussi ==
{{voir dossier|Pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020}}