Différences entre les versions de « Royaume-Uni : le vaccin d'AstraZeneca est approuvé pendant que les infections à la Covid-19 ne cessent d'augmenter »

m
usage transitif du verbe "débuter". cf. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/debuter et https://www.academie-francaise.fr/debuter-demarrer
m (usage transitif du verbe "débuter". cf. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/debuter et https://www.academie-francaise.fr/debuter-demarrer)
 
La relative facilité d'utilisation de l'AZD1222 permettra au Royaume-Uni d'accélérer la campagne de vaccination actuellement en cours. Le pays a commandé 100 millions de doses du vaccin, que le consortium britannique rend disponible au prix coûtant. L'AZD1222, comme les autres vaccins contre la Covid-19 homologués à l'heure actuelle, nécessite l'inoculation de deux doses à un intervalle de 3 semaines. Le gouvernement britannique a toutefois indiqué qu'avec ce vaccin, il allait changer la procédure de vaccination. Une seule dose du vaccin sera injectée à chaque personne, et ce, le plus rapidement possible. L'objectif est de maximiser le nombre d'individus vaccinés et qui se retrouveraient donc avec une certaine immunité contre la maladie. La seconde dose sera ensuite inoculée dans les 12 semaines suivant la vaccination initiale.
En ce qui a trait à l'efficacité du vaccin contre le nouveau variant de la Covid-19, l'équipe scientifique qui l'a développé croit que ce sera le cas. Cependant, des études supplémentaires devront être effectuées pour valider ce point. L'AZD1222 risque fort d'être le vaccin le plus utilisé dans le monde, compte tenu du faible coût de chaque dose, soit $ 2.50 dollars canadiens, du fait qu'il peut être conservé dans un simple réfrigérateur et que l'entreprise croit être en mesure de produire 3 milliards de doses en 2021. L'homologation britannique fera probablement en sorte que l'[[w:Organisation mondiale de la santé|Organisation mondiale de la santé]] donne son aval à son tour. Elle pourrait ainsi débutercommencer son programme de vaccination dans les pays défavorisés, un programme appelé [[w:en:COVAX|COVAX]]. L'un des principaux chercheurs associé au développement du vaccin, le docteur Andrew Pollard, de l'Université d'Oxford, a d'ailleurs affirmé : {{Citation|Nous avons un vaccin pour le Monde.}}
 
;Voir aussi
23

modifications