Différences entre versions de « Tunisie : le président Ben Ali candidat pour un cinquième mandat »

m
Typo.
m (syntaxe)
m (Typo.)
Au pouvoir depuis 1987, le président tunisien devrait être réélu en 2009 pour ce cinquième mandat consécutif. Un amendement à la Constitution approuvé par référendum en 2002 supprimait la limitation à trois du nombre de mandats consécutifs et instituait une limite d'âge à 75 ans.
 
Cet amendement avait permis à M. Ben Ali d'être réélu en 2004 avec 94,49% des voix exprimées. Cependant, une autre clause de l'amendement oblige tout candidat à la présidence du pays à être aussi le dirigeant élu de son parti depuis au moins deux ans, ce qui de fait écarte le seul candidat déclaré jusqu'ici, [[w:Ahmed Néjib Chebbi|Ahmed Néjib Chebbi]], chef historique du [[w:Parti démocrate progressiste|Parti démocrate progressiste]] (PDP). M. Chebbi a dénoncé une ''{{Citation|loi sur mesure}}'' destinée, selon lui, à l'exclure de la course.
 
Zine El Abidine Ben Ali dirige le RCD depuis son arrivée au pouvoir en 1987. Il avait alors succédé à [[w:Habib Bourguiba|Habib Bourguiba]], qui avait été proclamé président à vie avant d'être écarté pour "sénilité" après 31 ans de pouvoir à l'âge de 94 ans. Membre de l'[[w:Internationale socialiste|Internationale socialiste]], le RCD compte près de 2,2 millions de militants pour dix millions d'habitants et dispose d'une importante capacité de mobilisation héritée du [[w:Néo-Destour|Néo-Destour]], son ancêtre fondé en 1934 et ayant conduit à l'indépendance du pays en 1956.
 
Quelque 150 invités étrangers, dont le président de l'Autorité palestinienne, [[w:Mahmoud Abbas|Mahmoud Abbas]], assisteront au congrès qui sera clôturé le 2 août par le président Ben Ali.
 
== Sources ==