Ouvrir le menu principal

Suisse : le Forum économique mondial va se pencher sur le « burn-out » de la planète

Klaus Schwab a présenté mercredi le programme du 41e WEF.

20 janvier 2011. – Le Forum économique mondial (WEF) a dévoilé mercredi le programme de sa réunion annuelle qui se tiendra du 26 au 30 janvier dans la station grisonne de Davos[1]. Les quelque 2 500 invités venant de 100 pays débattront en particulier du « syndrome de burn-out mondial » dont pourrait, selon le directeur du Forum Klaus Schwab, souffrir la planète. La cuvée 2011 du sommet sera officiellement ouverte par le président russe Dmitri Medvedev et sera placé sous le signe des « normes communes pour une nouvelle réalité ».

Ce ne sont pas moins de 35 chefs d'État et de gouvernement qui ont été invités pour cette 41e édition, dont une forte représentation des pays du Sud. La Chine et l'Inde présenteront les délégations des plus importantes. Du côté de la Suisse, quatre des sept conseillers fédéraux se déplaceront : la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, le ministre de l'Économie Johann Schneider-Ammann, celle des Transports et de l'Énergie Doris Leuthard et celle des Finances Eveline Widmer-Schlumpf. Le ministre de la défense Ueli Maurer viendra également à Davos, mais pour passer en revue les militaires qui, comme les années précédentes, seront mobilisés pour assurer la sécurité du Forum. Outre les politiques, les chefs des principales entreprises nationales seront également présents.

Le but principal de cette année sera de cerner la « nouvelle réalité » d'un monde qui se retrouve bouleversé à la fois par des crises planétaire et par la rapidité des innovations technologiques. Selon Klaus Schwab, la complexité des situations politiques, économiques et sociales provoque une tendance à un « syndrome de burn-out mondial » de la part des principaux gouvernements qui ne se comportent plus de manière pro-active, mais se contentent de réagir aux événements. Parmi les réponses possibles à ces problèmes, la mise en place d'un réseau à la fois public et privé de réponse aux risques systémiques est souvent citée comme l'une des principales mesures pour ces prochaines années.

Sur un plan plus anecdotique, 400 participants ont été nommés cette année « CEO reporters » et vont, pendant la durée du Forum, partager leur expérience avec le public.

Références et notes

Sources