Ouvrir le menu principal

Suisse : les sites Internet du PS et du PDC ont été la cible d'attaques informatiques

Les attaques ont été lancées depuis des ordinateurs infestés par un virus

13 novembre 2010. – À deux jours d'intervalle, ce sont successivement les sites Web du Parti socialiste suisse (PS) et du Parti démocrate-chrétien (PDC) qui ont été la cible de pirates informatiques qui les ont rendus inaccessible. Les deux partis, qui voient dans ces attaques des actes délibérés, condamnent ces agissements qualifiés d'« offensive anti-démocratique ».

L'affaire a été révélée lundi matin, lorsqu'une centaine d'ordinateurs, principalement localisés en Allemagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis ont commencé à lancer plus de 10 000 tentatives de connections par seconde au site Internet du Parti socialiste ; ce dernier, surchargé, ne pouvait plus ou seulement très aléatoirement être accédé. Des premières mesures de sécurité ont été appliquées, permettant de résoudre le problème mardi ; cependant, une nouvelle attaque a été commise, utilisant les mêmes méthodes, mercredi matin. Le parti a révélé cette attaque jeudi, dans un communiqué où il annonce avoir dénoncé ce cas à l'organe fédéral de surveillance tout en se réservant la possibilité de déposer une plainte pénale. Vendredi matin, la situation était redevenue normale.

Quelques heures plus tard, c'est au tour du PDC d'annoncer que son site n'est plus accessible depuis la veille au soir, également à la suite d'une attaque du même type, lancée depuis environ 120 ordinateurs. « Nous condamnons avec force cette attaque de même que celle contre le site web du PS au début de cette semaine » ; ce message a été publié vendredi après-midi par le PDC qui dénonce une volonté d'empêcher les partis de transmettre leurs idées et affirme vouloir tout mettre en œuvre pour retrouver les auteurs de ces actes.

Les chances de retrouver les véritables auteurs de ces actes sont cependant faibles, selon un ingénieur en sécurité informatique interrogé par la Télévision suisse romande. Seule une erreur du pirate pourrait permettre de remonter jusqu'à lui, en partant des ordinateurs infectés utilisés pour lancer les attaques.

Sources