Ouvrir le menu principal

Syrie : Amnesty International dévoile son analyse des images satellite d'Alep au cours des neuf derniers mois

L'ancienne ville d'Alep en janvier 2011.

8 août 2013. – L'association Amnesty International, en collaboration avec l'association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS), a procédé à une étude de l'évolution des impacts balistiques à Alep sur les neuf derniers mois. L'ancienne ville d'Alep, inscrite au patrimoine mondial, n'échappe pas aux destructions dues aux combats. À titre d'exemple, le vieux marché d'Alep a été très largement détruit en octobre 2012. Les images satellite mettent en exergue l'utilisation de munitions interdites comme les bombes à fragmentation et les missiles balistiques. L'utilisation de missiles balistiques qui obéit à une brutalisation du conflit, est dénoncée par d'autres associations comme Human Rights Watch. La plupart de ces missiles sont tirés depuis une base située au nord-est de Damas. À la violence des combats s'ajoute l'absence totale de pouvoir centralisé, ce qui implique une absence caractérisée de l'application des fonctions régaliennes. Ainsi, se développe des groupes de mercenaires qui s'adonnent au pillage et aux enlèvements de civils (en vue de l'obtention de rançon).

SourcesModifier