Ouvrir le menu principal

Terrorisme : dix ans après, le Royaume-Uni commémore dans la douleur les attentats de Londres

Les secours à la station de métro Russel Square le 7 juillet 2005.

7 juillet 2015. – Le Royaume-Uni rend hommage, ce mardi, aux victimes des attentats de Londres du 7 juillet 2005 dans lequel 56 personnes sont décédées et 700 autres blessés. Une minute de silence sera observée dans tout le pays à 11h30.

C'est une date tristement célèbre outre-Manche. Il y a dix ans jour pour jour quatre kamikazes inspirés par Al-Qaïda se faisaient exploser dans les transports en commun londoniens, tuant 52 personnes. Pour cette funeste occasion le Royaume-Uni leur rend hommage en y associant les 30 Britanniques morts récemment dans l'attaque de Port El Kantaoui, à Sousse, en Tunisie. Cette attaque commis par Seifeddine Rezgui, un étudiant de 23 ans, a fait au total 38 morts.

David Cameron, le Premier ministre, a tenu a s’exprimer dans un communiqué officiel : « Dix ans après les attentats de Londres, la menace terroriste continue d'être aussi réelle que mortelle, et le meurtre de 30 Britanniques innocents alors qu'ils se trouvaient en vacances en Tunisie en est un brutal rappel ». Il ajoute « Mais jamais nous ne battrons en retraite devant le terrorisme ». David Cameron appelle à redoubler d'efforts contre la violence extrémiste et la propagande jihadiste.

52 personnes avaient trouvé la mort, le 7 juillet 2005, dans trois attaques à la bombe quasi-simultanées (deux explosions survenues dans des rames de métro et une explosion survenue dans une station) suivies, une heure plus tard, par une explosion dans un autobus à impériale. Les quatre explosions avaient été déclenchées, dans chaque cas, par un terroriste qui s'était fait sauter en même temps que l'engin dont il était porteur.

Les commémorations débutent à Hyde Park avec le dépôt d'une couronne de fleurs devant le mémorial des attentats, avant un service religieux en la cathédrale Saint-Paul, où sont attendus familles des victimes et rescapés des attentats.

SourcesModifier