Ouvrir le menu principal

Tireur de Paris : développements sur l'arrestation d'un suspect

Nous vous informions en début de soirée de l'arrestation d'un individu dans le cadre des recherches du tireur de Paris. Vous trouverez ici les récents développements.

La commune de Bois-Colombes en rouge sur la carte de Paris et de la petite couronne.
La commune de Bois-Colombes en rouge sur la carte de Paris et de la petite couronne.

20 novembre 2013. – Le parquet de Paris annonce l'interpellation d'un homme à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) vers 19h (heure locale), présentant une « forte ressemblance physique » avec l'individu qui a fait feu au journal Libération et devant le siège de la Société général, lundi dernier, à Paris.

L'interpellation a eu lieu après le témoignage d'un homme qui s'est présenté spontanément aux services de police, expliquant avoir hébergé cet homme et déclare : « j'ai fait une connerie ». Le parquet précise que l'individu n'a pas pu être entendu et que la notification de ses droits a dû être différée, une absorption de médicaments aurait nécessité une hospitalisation. Il a été placé en garde à vue médicalisée.

L'ADN de cet homme est actuellement comparé avec les échantillons prélevés sur les douilles retrouvées sur les lieux des fusillades de lundi, afin de déterminer si il s'agit, ou non, de l'auteur de ces coups de feu.

L'homme arrêté ce soir est Abdelhakim Dekhar. Agé d'une cinquantaine d'années, il fut impliqué dans l'affaire Rey-Maupin, un fait divers qui a eu lieu en région parisienne le 4 octobre 1994. Florence Rey et Audry Maupin avait tué cinq personnes, dont trois policiers ; A. Dekhar avait été condamné à quatre ans de prison pour leur avoir fourni des armes.

Mise à jour à 23h 50 UTC. - Les analyses ADN confirment qu'Abdelhakim Dekhar est bien le tireur recherché.

Les fusillades de lundi

Lundi 18 novembre dans la mâtinée, un homme à ouvert le feu au siège du journal Libération, blessant gravement un photographe. Vers la mi-journée, des coups de feu ont été tirés par le même homme devant le siège de la Société générale à La Défense, avant de prendre en otage un automobiliste, lui demandant de le conduire sur les Champs-Élysées au cœur de la capitale. Cet individu est le même qui a agressé des journalistes de la chaine BFMTV vendredi dernier.

Voir aussiModifier

Wikipédia propose une ou plusieurs pages encyclopédiques : Affaire Rey-Maupin sous licence Creative Commons

SourcesModifier