Tour de France 2011 : Samuel Sánchez gagne la 12e étape

Tour de France 2011.jpg
Les cinq derniers articles


Interprojet
avant 2010
2012 après
Profil de la 12e étape.
Source : Maxxl2.

14 juillet 2011. – La 12e étape du Tour de France 2011, tracée sur 211 kilomètres d'un parcours montagneux entre Cugnaux et Luz-Ardiden, en Midi-Pyrénées, a vu la victoire de l'Espagnol Samuel Sánchez devant le Belge Jelle Vanendert et le Luxembourgeois Fränk Schleck. Neuvième, le Français Thomas Voeckler garde le maillot jaune de leader du classement général.

Parcours

 
Les lacets de l'ascension finale menant à Luz-Ardiden.
Source : Tim Kops.

Pour certains, le Tour débute « réellement » dans cette étape. Entre le départ de Cugnaux et le pied de la première difficulté du jour, l'inédite Hourquette d'Ancizan (1 538 mètres pour 10 kilomètres de montée à 7,5 %), il y a 130 kilomètres de faux-plat pouvant favoriser la formation d'une échappée. Le mythique col du Tourmalet (2 115 mètres pour 17 kilomètres à 7,3 %) s'intercale avant l'ascension finale vers la station de Luz-Ardiden (1 715 mètres pour 13,3 kilomètres à 7,4 %). C'est au cours de celle-ci qu'en 2003, Lance Armstrong percuta un spectateur, entraînant dans sa chute Iban Mayo, mais fut attendu par son rival Jan Ullrich et triompha au sommet. En tant que première étape de haute montagne, celle-ci devrait établir une hiérarchie de référence au classement général.

Déroulement

 
Samuel Sánchez, vainqueur de l'étape et nouveau leader du classement de la montagne, lors de la présentation des équipes du Tour 2010 à Rotterdam.
Source : Haggisnl.

La première tentative d'échappée obtient le feu vert du peloton, emmené par les Europcar et les Cofidis, pour se former, à l'initiative du Français Laurent Mangel (Saur-Sojasun), suivi de ses compatriotes Jérémy Roy (FDJ) et Blel Kadri, des Espagnols José Iván Gutiérrez (Movistar) et Rubén Pérez (Euskaltel-Euskadi) ainsi que du Britannique Geraint Thomas (Team Sky).

Jusqu'au sprint intermédiaire de Sarrancolin, où Mangel, Roy, Kadri, Pérez, Gutiérrez et Thomas passent dans cet ordre, l'écart ne cesse d'augmenter pour atteindre près de neuf minutes. Le peloton se dispute la septième place, à l'avantage du vainqueur britannique de la veille Mark Cavendish (HTC-Highroad), qui reçoit neuf points, en prenant deux à l'Espagnol José Joaquín Rojas (Movistar) et six au Belge Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto), consolidant ainsi son maillot vert.

Les coureurs filent ensuite vers la première difficulté du jour, la Hourquette d'Ancizan. À l'arrière, le sprinter russe Denis Galimzyanov (Team Katusha) craque le premier et se retrouve seul avec la voiture-balai, loin du grupetto, et finira à près d'une heure du vainqueur, hors des délais impartis. Pour sa part, le Français Romain Feillu (Vacansoleil-DCM), atteint d'une tendinite au genou, n'aura même pas pris le départ de l'étape. En début d'ascension, ce sont trois grandes victimes de la première semaine qui reprennent des couleurs en partant à l'offensive : le Néerlandais Johnny Hoogerland (Vacansoleil-DCM), le champion de France Sylvain Chavanel (Quick Step) et le Tchèque Roman Kreuziger (Astana). Dans le groupe de tête, Mangel franchit le sommet devant Pérez, Kadri, Roy, Thomas et Gutiérrez, souffrant de problèmes intestinaux et distancé. En contre-attaque, Hoogerland doit laisser filer Kreuziger et Chavanel.

Dans la descente, Thomas se fait une belle frayeur en manquant deux virages, perdant le contact avec les quatre hommes de tête et repris par Gutiérrez. Au même endroit, le maillot jaune Thomas Voeckler (Europcar) bute sans gravité contre un véhicule ; derrière lui, c'est à nouveau l'hécatombe : des outsiders comme l'Allemand Andreas Klöden (Team RadioShack) et le Slovaque Peter Velits (HTC-Highroad) sont à terre, au même titre que l'Espagnol Pablo Urtasun (Euskaltel-Euskadi) et que les Français Jimmy Engoulvent (Saur-Sojasun) et Yohann Gène (Europcar).

Le retard du peloton, qui était passé sous les six minutes au sommet du col, remonte à moins de huit minutes à la suite de ce fait de course. Au pied du Tourmalet, Thomas et Gutiérrez rejoignent leurs quatre compagnons, tandis que Kreuziger se débarrasse de Chavanel. Sous la conduite des Leopard-Trek, le peloton s'amenuise au fil des kilomètres, lâchant notamment le maillot blanc néerlandais Robert Gesink (Rabobank), qui n'a toujours pas digéré ses chutes et cédera son bien au Français Arnold Jeannesson (FDJ), et l'Allemand Tony Martin (HTC-Highroad), malade. À l'avant, Thomas mène la danse, Roy étant le seul à pouvoir s'accrocher alors que l'on pense que Kreuziger, qui n'est plus qu'à une vingtaine de secondes de la tête, est parti pour un grand numéro. Mais le Tchèque paie ses efforts, plafonne et ne reviendra jamais. Au contraire de Roy, qui inscrit son nom au sommet du géant des Pyrénées.

Au cours de la longue descente du Tourmalet, Gilbert et son coéquipier et compatriote Jelle Vanendert (Omega Pharma-Lotto) se détachent et, au début de la montée finale, les poursuivants se regroupent avec, outre les deux premiers cités, les Espagnols Samuel Sánchez, l'un des grands perdants de la première semaine au classement général, et Pérez (Euskaltel-Euskadi), Kreuziger, le Néerlandais Laurens ten Dam (Rabobank), le Russe Yury Trofimov (Team Katusha) et le Français Christophe Riblon (AG2R La Mondiale). Sentant le retour du groupe des favoris, Sánchez et Vanendert attaquent et prolongent l'aventure, déposant Thomas, élu combatif du jour, et Roy. Environ une minute plus loin, les favoris se regardent, tergiversent, bluffent. Il faut attendre les quatre ultimes kilomètres pour voir les frères Andy et Fränk Schleck (Leopard-Trek) accélérer tour à tour. C'est l'aîné qui se montre le plus à l'aise, revenant tout près du duo de tête, où le champion olympique Sánchez s'impose face à Vanendert. Fränk termine dix secondes plus tard, vingt secondes devant son frère Andy, l'Australien Cadel Evans (BMC Racing) et l'Italien Ivan Basso (Liquigas-Cannondale), le favori du Tour Alberto Contador (Saxo Bank-Sungard) concédant quarante-trois secondes à Sánchez sur la ligne.

Accompagné de Pierre Rolland (Europcar), Voeckler conserve sa précieuse tunique et pointe à la neuvième place, à cinquante secondes du vainqueur, juste derrière Contador, qui perd à nouveau du temps sur ses rivaux alors que Sánchez, nouveau maillot à pois, offre un deuxième succès d'étape dans les Pyrénées à sa formation basque Euskaltel-Euskadi, dix ans après celui de Roberto Laiseka, également à Luz-Ardiden, et se replace au huitième rang du général.

Classements

Étape

1.   Espagne Samuel Sánchez Euskaltel-Euskadi en 6 h 1 min 15 s
2.   Belgique Jelle Vanendert Omega Pharma-Lotto + 7 s
3.   Luxembourg Fränk Schleck Leopard-Trek 10 s
4.   Italie Ivan Basso Liquigas-Cannondale 30 s
5.   Australie Cadel Evans BMC Racing m.t.
6.   Luxembourg Andy Schleck Leopard-Trek m.t.
7.   Italie Damiano Cunego Lampre-ISD 35 s
8.   Espagne Alberto Contador Saxo Bank-Sungard 43 s
9.   France Thomas Voeckler Europcar 50 s
10.   France Pierre Rolland Europcar m.t.

Général

1.   France Thomas Voeckler Europcar en 51 h 54 min 44 s
2.   Luxembourg Fränk Schleck Leopard-Trek + 1 min 49 s
3.   Australie Cadel Evans BMC Racing 2 min 6 s
4.   Luxembourg Andy Schleck Leopard-Trek 2 min 17 s
5.   Italie Ivan Basso Liquigas-Cannondale 3 min 16 s
6.   Italie Damiano Cunego Lampre-ISD 3 min 22 s
7.   Espagne Alberto Contador Saxo Bank-Sungard 4 min
8.   Espagne Samuel Sánchez Euskaltel-Euskadi 4 min 11 s
9.   États-Unis Tom Danielson Garmin-Cervélo 4 min 35 s
10.   Irlande Nicolas Roche AG2R La Mondiale 4 min 57 s

Points

1.   Royaume-Uni Mark Cavendish HTC-Highroad 260 pts
2.   Espagne José Joaquín Rojas Movistar 242 pts
3.   Belgique Philippe Gilbert Omega Pharma-Lotto 234 pts

Montagne

1.   Espagne Samuel Sánchez Euskaltel-Euskadi 40 pts
2.   Belgique Jelle Vanendert Omega Pharma-Lotto 32 pts
3.   France Jérémy Roy FDJ 24 pts

Jeune

1.   France Arnold Jeannesson FDJ en 52 h 34 s
2.   Estonie Rein Taaramäe Cofidis + 1 min 37 s
3.   Colombie Rigoberto Urán Team Sky 2 min 5 s

Équipe

1.   Luxembourg Leopard-Trek en 155 h 9 min 18 s
2.   France Europcar + 1 min 5 s
3.   France AG2R La Mondiale 2 min 21 s

Combativité

Abandons

Sources

Sources francophones
Sources anglophones