Ouvrir le menu principal

Turquie : attentat à la voiture piégée contre un bus de l'armée

Le front rebelle ouvert par la Turquie le long de sa frontière (en vert), et visant à prendre les territoires de l’État islamique dont al-Bab (en noir) et empêcher la jonction des forces kurdes (en jaune).

17 décembre 2016. – Au moins 13 personnes sont mortes et 55 blessées à 5 h 45 UTC lorsqu'une voiture remplie d'explosifs a explosé près d'un bus de l'armée à Kayseri. Cet attentat n'a pas été revendiqué, mais survient une semaine après un double attentat à la bombe contre des policiers à Istanbul revendiqué par les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK).

Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Le style et les cibles de cette attaque montrent clairement que le but de l'organisation séparatiste terroriste est de déstabiliser la Turquie, de l'affaiblir et de l'obliger à concentrer son énergie et ses forces sur d'autres objectifs Right pointing double angle quotation mark sh3.svg

— Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie

Les attaques qui se multiplient dans le pays seraient liées aux interventions de la Turquie en Irak et en Syrie. En effet, l’armée turque est un allié de l’Armée syrienne libre (ASL) et tente de conforter son avancée contre Daech dans le nord de la Syrie. En s'attaquant à Kayseri, un fief du Parti de la justice et du développement, le PKK envoie le message qu'il peut frapper n'importe où.

Voir aussiModifier

SourcesModifier