Ouvrir le menu principal

Ukraine : crash d'un avion de ligne de la Malaysia Airlines

Crash aérien


Malaysia Airlines Boeing 777-200ER PER Koch-2.jpg
Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines
(2010)
Géolocalisation
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Ukraine location map.svg
Donetsk

17 juillet 2014. – Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines survolant l'Ukraine et effectuant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, s'est écrasé pour une raison inconnue dans la région de Donetsk en Ukraine.

À son bord, voyageaient 280 passagers et 15 membres d'équipage. Les premières informations en provenance de la capitale ukrainienne indiquent que l'ensemble des passagers seraient décédés dans l'écrasement.

La région de Donetsk est en proie à de violents conflits militaires entre les séparatistes ukrainiens et le gouvernement central de Kiev. Les deux camps s'accusent mutuellement d'avoir abattu l'appareil lors de son vol. Le gouvernement de Kiev indique que l'avion aurait été abattu par un missile sol-air de fabrication russe Buk tiré par les séparatistes. Le président ukrainien, Petro Porochenko, dénonce un « acte terroriste ». De leur côté les séparatistes pro-russes démentent cette information et accusent un avion de chasse ukrainien d'avoir abattu le Boeing de la Malaysia.

Le Wall Street Journal indique que les renseignements américains confirment que l'appareil a été abattu par un missile dont l'origine reste inconnue.

Couverture médiatique de l'événementModifier

Cette section présente la couverture médiatique de l’événement de l'annonce de l'écrasement au 18 juillet 2014 Les heures suivantes sont aux fuseau horaire de Paris.

Jeudi 17 juillet 2014
  • 17 h : la presse internationale relaie l'information issue d'Interfax en fin d'après midi : un avion de la Malysia Airlines s'est écrasé dans la région de Donetsk en Ukraine. Dans le même temps, la compagnie confirme avoir perdu le signal de l'avion dans la région est de l'Ukraine.
  • 17 h 45 : les médias annoncent le décès de l'intégralité des passagers et du personnel de bord présents dans l'avion.
  • 18 h : les premières réactions politiques arrivent : Le président Ukrainien Petro Porochenko dit « ne pas exclure la possibilité que l'avion ait été abattu » avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes.
  • 18 h 30 : Le président américain et Le président russe discutent de l'accident, Poutine confirme à Obama que le contrôle aérien russe est informé du crash.
  • 19 h : les compagnies aériennes internationales décident de ne plus survoler la zone du crash.
  • 19 h 30-20 h : François Hollande et Barack Obama réagissent sur l’événement et apportent leur soutien dans le but de déterminer les circonstances de l'accident.
  • 20 h 20 : Dans une déclaration qui n'a pas encore pu être vérifiée, les services de renseignement ukrainiens prétendent avoir intercepté des conversations semblant indiquer que le vol MH17 aurait été visé par erreur par des rebelles pro-russes.
  • 21 h : Londres demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies, l'Union européenne demande la coopération de toutes les parties.
  • 21 h 30 : l'Ukraine ferme l'espace aérien de l'est du pays jusque nouvel ordre.
  • 22 h : Russes et Ukrainiens s'accusent mutuellement d’être les auteurs des tirs de missiles qui auraient abattu l'avion.
  • 22 h 20 : les renseignements américains confirment qu'un missile sol-air a bien abattu le vol.
  • 22 h 30 : le Conseil de sécurité des Nations unies annonce qu'une réunion d'urgence aura bien le lieu le 18 juillet 2014.
  • 23 h : Le secrétaire générale de l'ONU Ban Ki-moon demande une enquête internationale. À cette heure, le nombre de victimes et leurs nationalités sont encore incertaines.
Vendredi 18 juillet 2014
  • 6 h 30 : le nombre de victimes est revu à la hausse, il est maintenant de 298 (283 passagers et 15 membres d'équipages). Un tiers des passagers se rendaient en Australie dans le cadre d'une conférence sur le SIDA.
  • 7 h 15 : la Malaysia Airlines assure que le couloir aérien pris par l'avion était sûr.
  • 8 h : plusieurs compagnies aériennes asiatiques et australiennes affirment éviter la zone depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois.
  • 9 h 25 : Dans un enregistrement dont la véracité n'a pas encore pu être confirmée et présenté par les services de renseignements ukrainiens comme une conversation entre deux rebelles, l'un d'entre eux prétend qu'un avion a été abattu par les rebelles et qu'il s'agirait d'un avion civil.32
  • 10 h 35 : une liste de passagers est diffusée par les médias, elle fait état de 298 personnes à bord, dix nationalités touchées dont les Pays-Bas, pays le plus touché avec 173 ressortissants décédés.
  • 11 h 40 : le New-York Times annonce que l'espace aérien de la zone de l'écrasement venait d'être fermé par les autorités russes.
  • 14 h 20: Les boîtes noires du vol sont retrouvés.
  • 15 h 45: les premiers enquêteurs de l'OSCE sont arrivés sur place.
  • 17 h 15: Le nombre de victimes belges s'alourdit, passant de 4 à 6.
  • 18 h 00: Barack Obama s'exprime au sujet de la catastrophe, il confirme à son tour la thèse du tir de missile qui a menė au crash et accuse la Russie de fournir aux séparatistes des armes et également de les former aux combats

SourcesModifier